Sport Seraing RUL devient l'un des doyens du football belge Cent ans d'histoire de foot

Sport Seraing RUL devient l'un des doyens du football belge

Cent ans d'histoire de foot

Après avoir disputé le tour final en promotion D, Seraing RUL est un centenaire qui se porte plutôt bien.

DIDIER SCHYNS

Son histoire regorge d'anecdotes croustillantes et de hasards étonnants. Si le club de football promotionnaire de Seraing Royale Union Liégeoise (Seraing RUL) s'apprête à célébrer ses cent ans d'existence, il le fera, à son corps défendant, avec plusieurs mois de retard. C'est le 1er janvier 1901 en effet, sous le nom de l'Espoir Bressoux et le matricule 23, qu'il fut fondé par l'abbé Coune, à l'époque vicaire de la paroisse du Saint-Rosaire à Bressoux. Ce dernier engagea d'emblée, pour diriger l'équipe, un entraîneur... anglais. Nous aurions dû nous voir décerner le matricule 20, mais une erreur de transcription du procès-verbal a retardé notre affiliation à l'Union belge de football, précise Jean-Marie Detilloux, le secrétaire général d'un club qu'il sert depuis 1965. Le RFC Seraing, qui avait quant à lui reçu le numéro 17, aurait dû obtenir le 23, le nôtre...

Un détail d'autant plus amusant que le RFC Bressoux, devenu au fil du temps Royale Union Liégeoise puis Seraing RUL, évolue depuis 1996 au stade du Pairay, à Seraing. Précisément là où est programmée la première manifestation du centenaire, ce 13 juillet (19 heures) à la faveur d'un match contre le Standard voisin. Les festivités se poursuivront le 23 août (19 heures) sur le terrain de la rue de Visé, à Jupille, avec une rencontre des anciens de Bressoux, Jupille et Seraing, alors que le hall omnisports de Bressoux accueillera, le 31 août, un grand tournoi de futsal. Mais s'il est un événement qu'attendront avec impatience les plus nostalgiques, c'est l'exposition qu'abritera, du 18 au 25 octobre, la salle Prévers de Jupille, transformée pour l'occasion en un musée à la gloire du matricule 23. Drapeaux, fanions, équipements anciens, trophées, documents : à travers ces témoignages du passé, c'est toute l'histoire du club de Bressoux qui défilera.

On y apprendra, notamment, que, lors d'une séance du 12 octobre 1920, le comité du club bressoutois avait décidé de remettre à tous ses joueurs, à chaque match, un quart de citron. Cette décision avait fait l'objet d'importants débats, souligne Jean-Marie Detilloux, écrits à l'appui. Il avait fallu, à l'époque, désigner quelqu'un pour couper les fruits... Les passionnés d'histoire locale retiendront aussi que le FC Bressoux, qui évoluait alors sur un terrain de la rue Vandenhoff, eut pour président, dans les années 20, le comte Joseph d'Oultremont, qui fut aussi, de 1924 à 1929, celui de l'Union belge de football. Et que le club compta en ses rangs un international, Hadelin Viellevoye, qui fut sélectionné une fois en équipe nationale belge.

Autre élément à noter : le meilleur classement du club fut obtenu au terme de la saison 1948-1949, lorsque le matricule 23 termina à la quatrième place de la division 1A (l'équivalent de la division 2 actuelle). Bressoux a certes évolué au plus haut niveau du football belge, en 1939-1940, mais dans une compétition de secours des divisions supérieures de Liège, explique Jean-Marie Detilloux. Cette division regroupait les meilleurs clubs de la province. Cette année-là, les Jaune et Noir avaient terminé dans le sillage de Seraing, du Standard et de Tilleur. La compétition n'avait toutefois pu aller à son terme, puisque la deuxième guerre mondiale éclata...·