Accueil

L'ACTEUR Jacques Lizene

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 4 min

L'ACTEUR

Dessinateur, peintre, musicien, vidéaste, le Liégeois Jacques Lizène s'expose à Liège et à Bruxelles, avec un humour déconcertant et une médiocrité revendiquée. Par JOËL MATRICHE

S'il n'a pas inventé la médiocrité, au moins lui a-t-il donné ses lettres de noblesse. L'invitant, presque malgré elle, dans les plus grandes galeries du pays, lui faisant récemment monter les marches du palais de Tokyo à Paris, l'associant bientôt au Fonds régional d'art contemporain de Marseille.

Jacques Lizène, 57 ans, se revendique petit maître liégeois de la seconde moitié du XXe siècle, artiste de la médiocrité. Titre largement mérité, l'artiste s'acharnant depuis près de quarante ans sur des oeuvres dont l'intérêt est incertain, l'humour douteux : réaliser un film en n'ôtant pas le cache de l'objectif (1971), mettre des roulettes sur n'importe quel objet (1974), concevoir un disque souple reproduisant le bruit d'une motocyclette (1974) ou une pièce de musique génétique culturelle (1984)...

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs