Accueil

UN OUVRAGE SUR LE TEMPS OU UN SARCOPHAGE COUTAIT LA MOITIE DU SALAIRE ANNUEL D'UN OUVRIER CES BERSOUX,TOMBIERS DE PERE EN FILS..

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Un ouvrage sur le temps où un sarcophage coûtait la moitié du salaire annuel d'un ouvrier

Ces Bersoux, tombiers de père en fils à Soignies

Soignies. Rue Hanicq. A un jet de pierre des célèbres carrières Gauthier Wincqz (les plus vieilles carrières de pierre en exploitation continue), voici un petit baraquement sans aucune prétention, dont les abords sont jonchés de pierre de taille. Nous sommes dans l'antre du petit-fils Bersoux (67ans). Un artisan-tombier qui pratique depuis trois générations l'art de la stéréotomie (science de la coupe des solides employés dans l'industrie et la construction). Mais n'y cherchez pas des ciseleuses ou autres appareils de taille mécanique. Ici, tout se fait encore à la main. Comme au temps du grand-père et du père Bersoux (1898-1955).

Au moment où nous avons surpris le petit-fils dans son minuscule cagibi empoussiéré, il mettait tranquillement la dernière main à la pierre héraldique (blason) que vient de lui commander le tout fraîchement baronnisé Michel Woitrin (ex-administrateur général de l'UCL).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs