Bruxelles-Ville Réunion de famille aux anciens magasins Waucquez Cent ans de tissus et d'archives

Bruxelles-Ville Réunion de famille aux anciens magasins Waucquez Cent ans de tissus et d'archives

Plus de deux cents Waucquez se sont retrouvés dans le bâtiment des Archives de la Ville de Bruxelles qui abrita jadis le négoce en gros de textile Jules Waucquez & Co. L'occasion de redécouvrir des lieux admirablement conservés.

FABIENNE DEFRANCE

Le bâtiment abritant les Archives de la Ville de Bruxelles accueillait, dimanche, un public un peu particulier. Les descendants de la famille Waucquez s'y étaient donné rendez-vous, à l'occasion d'un goûter instructif pour les uns, commémoratif pour les autres. Il y a juste cent ans que ce bâtiment de la rue des Tanneurs a vu le jour, bâti à l'initiative de Jules, René et Victor Waucquez, sur les plans de l'architecte Van Leuven. Deux générations de Waucquez y ont dirigé l'un des plus importants négoces de tissus en gros du pays. Témoins de sa prospérité: les agrandissements successifs du bâtiment. S'il s'étendait sur 1.000 m 2 en 1901, il y en aura six fois plus qui seront couverts en 1921!

Dès 1960, cependant, le déclin se fait sentir, les magasins de détail s'approvisionnant directement chez le fabricant plutôt que chez le grossiste. Sentant la fin proche, les Waucquez cherchent à vendre. Ils trouveront, en 1976, une acquéreuse de choix: la Ville de Bruxelles, justement à la recherche de locaux pour entreposer ses archives. Les deux propriétaires avaient en fait les mêmes besoins: entreposer des choses lourdes , explique Emmanuel Waucquez. Les locaux semblent tout adaptés: grands, spacieux, lumineux et meublés de vastes étagères. Tout ou presque - et c'est ce qui fait le charme et la particularité de l'endroit - sera conservé par la nouvelle propriétaire. Mais , constate Thérèse Symons, archiviste adjointe, ce bâtiment n'est pas idéal pour la conservation des archives. Le papier s'abîme avec la lumière. Et le bois des étagères l'acidifie...

Dimanche, les Waucquez étaient tous réunis, de tous âges et de toutes provenances. C'est l'occasion de présenter ces bâtiments à ceux qui ne les ont jamais connus, et ils sont les plus nombreux aujourd'hui , explique l'un des Waucquez. L'occasion d'en visiter les moindres recoins, y compris le bureau du patron, le saint des saints, dira Maximilien- Waucquez, l'un des derniers à avoir travaillé dans les lieux. Je me rappelle avoir été convoqué dans ce bureau, en 1964. J'étais, comme tout le monde qui y entrait, un peu tendu... Le patron, mon grand-oncle, me demanda ce qu'il en était avec l'informatique - nous étions une des premières entreprises à bénéficier d'un réseau informatique. Je lui expliquai et il me répondit: «Avant l'ordinateur, je savais que les comptes étaient justes; maintenant, je le crois.» Pas confiant, le patron? Non. D'ailleurs, il fera tenir une comptabilité manuscrite à côté de l'informatisée... Un des signes d'un conservatisme qui sera une des causes de la fin des activités.

«Ce bâtiment

n'est pas idéal

pour conserver

des archives»

Dans l'assemblée, les trois filles de Jules, le fondateur de l'empire, âgées respectivement de 92, 91 et 90 ans, n'auraient manqué le rendez-vous pour rien au monde. Revoir tout le monde et le bâtiment, quel bonheur!

A côté, Louis, Félix et Edouard, 14 et 15 ans, admirent le cadre dans lequel leurs grands et arrières-grands-parents ont travaillé. On savait pour les tissus et tout ça, mais pas à quoi ça ressemblait. Cela fait drôle, c'est difficile d'imaginer toute l'activité qu'il y avait. Ariane, 12 ans, ne savait même pas que tout cela existait.

Jean-Louis, revenu tout exprès de Luxembourg - pour l'occasion, se rappelle ses visites tout petit. J'ai quasi appris à marcher ici. Je me rappelle les rouleaux qui permettaient de rouler des caisses de part et d'autre de la salle. On nous mettait dedans. Etaient aussi de la fête d'anciens employés de la compagnie. Maurice Dandoy, l'un d'eux se dit fort étonné de revoir les lieux ainsi. Je retrouve pratiquement tout ce qui était en place.

Sur le même sujet
HistoireFamilleBelgique