Accueil

Ce pei a frouchelé un dico

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

Georges Lebouc est tombé dans une marmite de bruxellois quand il était petit. Il faut dire que le linguiste distingué, qui publie le « Dictionnaire du bruxellois », est né rue des Éperonniers, à dix pas de la Grand-Place de Bruxelles. « Mon père, un pur Français, n'a jamais compris les expressions qu'employait ma mère. Tout petit, j'ai voulu faire un lexique des tournures qu'elle disait, mais sans succès. Dans Le Soir, j'aimais les vignettes signées par Horn où l'on expliquait le sens de l'une ou l'autre expression. Puis la vie a passé, et je ne me suis réintéressé à l'idée de compiler les mots bruxellois. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs