Chênée Chaque lundi, réunion des «Joueurs anonymes» Châteaux de cartes en Espagne MODE D'EMPLOI

Chênée Chaque lundi, réunion des «Joueurs anonymes» Châteaux de cartes en Espagne

Il y aurait, en Belgique, plusieurs dizaines de milliers de «joueurs compulsifs». Des hommes et des femmes qui n'ont d'autre horizon que la roulette du casino... ou les grilles du Lotto. A l'aide!

JOËL MATRICHE

Elles et ils sont prompts à dépenser leur argent, et aussi celui qu'ils n'ont pas. Pourquoi? Pour cette montée d'adrénaline que raconte Jacques, un des fondateurs de l'antenne liégeoise des «Joueurs anonymes». Il sait de quoi il parle: J'ai perdu plus de dix milions de francs au jeu . Il regrette les cartes de crédit et les comptes en banque qui ont été vidés, les proches dont j'ai trahi la confiance , les actes délictueux commis pour forcer la chance une nouvelle fois.

Parce qu'il n'en pouvait plus, parce que la vie était impossible , il a fondé avec d'autres joueurs impénitents un groupe de «Joueurs anonymes»: Le joueur, à l'instar du toxicomane, de l'alcoolique ou du boulimique, ne peut s'en sortir que par l'émulation réciproque. Il est important d'avoir des amis qui ne vous jugent pas.

A ses côtés, Georges, 40 ans, chauffeur de poids lourds. Lui aussi a joué. Et a perdu: J'avais une famille, une maison, une voiture, une moto, il ne me reste rien. J'ai tout raté dans la vie. A ceux qui voudraient rejoindre le groupe, il explique: quand on est joueur, on se fait un monde, on multiplie les mensonges, on bâtit des châteaux en Espagne. Comme les autres, il était convaincu, en entrant dans la salle de jeux, qu'il pourrait mater la machine. Mais rien n'y a fait, celle-ci s'est même montrée de plus en plus exigeante: Je rentrais le vendredi dans le casino et j'en sortais le lundi matin , se souvient-il. Un jour, j'ai fait six banques dans la même journée. Chacune m'a accordé un prêt de cent mille francs, j'ai tout dépensé en trois semaines. Lorsqu'il a rencontré Xavier, joueur depuis dix ans et pas encore abstinent , il n'en pouvait plus. Trop de coups fourrés qu'il préfère taire, trop de disputes avec la famille, trop d'amis déçus, trop d'adrénaline, trop de tout et plus rien en même temps. Lorsque Xavier est venu me trouver, je venais de perdre 50.000 francs en une heure. A deux, nous avons décidé de nous en sortir. Nous avons appris que Jacques voulait créer un groupe de travail et nous l'avons contacté. Chaque lundi, ils sont cinq à se retrouver au Centre culturel de Chênée. Georges n'a plus joué depuis sept mois, il est l'homme le plus heureux du monde.

MODE D'EMPLOI

Historique. L'association «Les Joueurs anonymes» est née à Los Angeles en 1957, de la rencontre de deux joueurs qui, se rencontrant de plus en plus souvent, se rendirent compte que l'émulation réciproque maintenait intacte leur résolution de ne plus jouer.

Principe. L'association met en présence des hommes et des femmes qui partagent leurs expériences, leurs forces et leurs espoirs afin de résoudre un problème commun. Le désir d'arrêter de jouer est la seule condition requise pour devenir membre. Il n'y a pas de droit d'entrée.

Profil du joueur. Selon une étude du Service de la politique criminelle, 90% des joueurs endurcis sont des hommes. La moitié a moins de 25 ans. En Belgique, le jeu (Bingo, Lotto, casinos et paris) génère un chiffre d'affaires - officiel - de 162 milliards de francs.

Réunions liégeoises. Elles se tiennent chaque lundi à 20 heures au Centre culturel de Chênée. La participation aux frais est laissée à l'appréciation de chacun. Renseignements au 04-358.13.32.