Accueil

ExpositionsHenry : entre bijoux de luxe et fantaisie

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Expositions

Henry : entre bijoux de luxe et fantaisie

JEAN VOUET

Dans leur galerie «Ciel mes bijoux», Godelieve et Patrick Sigal présentent, jusqu'au 31 mai, une sélection de bijoux du joaillier lyonnais Henry Périchon (1910-1970). Une exposition originale et atypique.

Périchon invente le Rhodoïd

C'est une technique particulière qui a fait toute l'innovation des bijoux Henry. Au lendemain de la Seconde Guerre, pour des raisons de rationnement, ce fils et petit-fils de joaillier de l'ancien quartier des Soyeux à Lyon, tente de trouver une alternative, un subterfuge aux matériaux et pierres précieuses qui ont l'habitude de parer les dames. C'est dans ce contexte qu'il se tourne vers une matière synthétique tout à fait inédite dans la fabrication du bijou, à savoir le «Rhodoïd».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs