FR3:LA GRILLE CHANCEL

FR 3: la grille Chancel.

L'accouchement a été difficile. Au forceps. Il est trop tôt pour se prononcer sur la santé du bébé. On connaît tout juste ses mensurations. Quant au médecin, il est, de toute évidence ravi. Il n'a pas cessé d'exprimer son bonheur de s'en être enfin sorti lors de la conférence de presse qu'il a organisée pour annoncer la bonne nouvelle.

Le docteur, c'est Jacques Chancel. Le nouveau-né s'appelle «Grille des programmes» de FR 3.

ELLE commencera dès cette semaine. Alors, en quoi se différentie-t-elle de son aînée, cette grille-là? D'abord elle est plus longue, comme toutes les nouvelles générations. Elle commence dès potron-minet et n'hésite pas, à ces aurores, à faire dans la culture. Ce sera «Continentale», concoctée par la station de Nancy. Avec d'abord un «Eurojournal», des JT de la veille provenant d'Allemagne, de Grande-Bretagne, d'Espagne et d'Italie... et sous-titrés. Puis des entretiens scientifiques, techniques ou historiques. Un petit quart d'heure d'apprentissage de l'anglais ou de l'allemand. Et sur le coup de 11 heures, des documentaires puisés dans les archives de l'INA (Institut national de l'audiovisuel).

A première vue, ce seront bien les seuls documentaires de la chaîne, puisque disparaissent ceux du dimanche soir qui pourtant permettaient de s'évader des films ou téléfilms. Ils sont remplacés par une émission de variété. Et «Océaniques» apparaît le lundi et le vendredi à des horaires réservés aux seuls insomniaques: 23 h 45 le lundi et 0 h 30 le vendredi. Jacques Chancel prétend que les amateurs sont capables de tous les sacrifices. Les après-midi ne bougent pas. Quant aux soirées, elles sont à thèmes. Ce qu'avait d'ailleurs décidé le médecin précédent de la chaîne, Jean-Marie Cavada.

Au jour le jour

Le lundi, Pierre-André Boutang se consolera de ses «Océaniques» nocturnes en ayant la responsabilité de la soirée: un film, un débat lié à ce film et pour couronner le tout un numéro d'«Océaniques» qui devra avoir un quelconque rapport avec ce qui l'a précédé. On lui souhaite bien du plaisir. D'autant que ça commence le lundi 29 janvier avec l'increvable «Vie privée» de Louis Malle et que les problèmes des pauvres stars se pointent à l'horizon.

Le mardi, ce sera une soirée Cavada avec «La Marche du siècle», suivie d'un film en relation avec le sujet abordé précédemment. Le mercredi, place au théâtre: une pièce, un ballet ou un opéra suivi d'un magazine de spectacle, conçu et animé par Christine Bravo. Un choix dont on ne peut que se réjouir. Cinéma, le jeudi: film puis encore un magazine dont Pierre Tchernia n'a pas révélé la teneur. Mais on connaît son aimable savoir-faire. Le vendredi, place aux «Clés du voyage»: Thalassa et re-magazines. Celui-là sur les sports et autres aventures (toujours le syndrome «Ushuaia»). Et enfin le samedi, le nec plus ultra, la pomme de discorde, qui a sans doute participé à la chute de Cavada, la diffusion des programmes de «La Sept», de 15 heures à minuit. Pourquoi le samedi, jour où même les intellos font relâche? Mystère. Espérons que ce n'est pas pour faire la preuve que la culture, ça ne marche pas à la télé. En tout cas, ça va navrer les gosses qui faisaient leurs délices de «Samdynamite» et les parents qui pouvaient les laisser regarder sans crainte d'étalage d'hémoglobine japonaise. Pour compenser sans doute l'effort intellectuel, on aura droit, aux petites heures, à un numéro de «Série rose», téléfilm dit grivois.

On ne fera pas de pronostics sitôt sur l'avenir de «Miss Grille 1990». D'autant que les nounous chargées de l'alimenter paraissent, à l'heure qu'il est, encore hésitantes sur le contenu des différents biberons quotidiens. Et même sur l'épaisseur du portefeuille nécessaire à leurs achats.

JACQUELINE BEAULIEU.