Pays-Bas Le décès d’une figure de la Résistance : Miep Gies avait sauvé le texte d’Anne Frank

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Miep Gies, qui avait aidé la famille d’Anne Frank à se cacher des nazis pendant la Deuxième Guerre mondiale et qui a sauvé le journal de l’adolescente juive, est décédée à l’âge de 100 ans, a annoncé mardi la Maison d’Anne Frank à Amsterdam. La centenaire a succombé à une blessure au cou occasionnée par une chute chez elle peu avant Noël.

Secrétaire d’Otto Frank, le père d’Anne, Miep Gies avait aidé à dissimuler la famille pendant 25 mois à Amsterdam, jusqu’à ce qu’un délateur anonyme révèle la cache à la Gestapo. Plus tard, elle a aussi trouvé, protégé puis remis à Otto Frank, seul rescapé de la famille, le journal de sa fille, morte du typhus en déportation à Bergen-Belsen en mars 1945, deux semaines avant la libération du camp. Le soin qu’elle a mis à préserver l’ouvrage a permis sa publication en 1947.

Le Journal d’Anne Frank a été le premier livre populaire sur la Shoah et a été traduit dans 70 langues. Miep Gies avait reçu de nombreuses récompenses prestigieuses, dont la médaille des Justes des Nations attribuée par la Fondation Yad Vashem au nom de l’Etat d’Israël à ceux qui ont aidé des juifs pendant la Shoah, mais elle restait modeste. « Je ne veux pas être considérée comme un héros, disait-elle en 1997. J’étais juste une épouse ordinaire et une secrétaire. »

Née à Vienne le 15 février 1909, Hermine Santrouschitz avait gagné Amsterdam en 1922 pour fuir les pénuries alimentaires en Autriche. C’est là qu’elle fut surnommée Miep par sa famille d’accueil. En 1933, elle devient secrétaire dans l’entreprise d’épices d’Otto Frank. Après avoir refusé d’intégrer une organisation nazie en 1941, elle échappe à l’expulsion en épousant son petit ami néerlandais, Jan Gies.

En juillet 1942, alors que les nazis multiplient les rafles et déportations de juifs, elle accepte d’aider Otto Frank à cacher sa famille dans l’annexe située au-dessus d’un entrepôt de son entreprise, et de les ravitailler. Jan et Miep Gies ainsi que quatre autres employés de l’entreprise ont ainsi aidé la famille Frank et les quatre autres juifs cachés avec eux. Jan se procurait des cartes alimentaires, Miep sillonnait Amsterdam à vélo, alternant les épiceries pour éviter les soupçons.

Dans son journal, Anne Frank rend hommage à Miep Gies qui lui apporte des livres et journaux, et pense aux anniversaires de chacun : « On dirait que nous ne sommes jamais loin des pensées de Miep », écrit Anne.

Le 8 août 1944, les Frank sont envoyés au camp de concentration de Westerbork, dans l’est des Pays-Bas, d’où ils sont ensuite déportés au camp d’extermination d’Auschwitz, puis à Bergen-Belsen.

Après la guerre et la publication du Journal d’Anne Frank, Miep Gies a participé à des conférences dans le monde entier, répondant à d’innombrables lettres, luttant contre le négationnisme et défendant l’authenticité du Journal. (ap)

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une