Sportifs de l'année - La grande fête du sport belge a confirmé le couple gagnant de l'an dernier Henin et Everts comme en 2003 Stefan pour la quatrième fois Quand les femmes battent les hommes... Gella Vandecaveye mise à l'honneur En grande pompe Henin battue par Verhofstadt ! Brochette de champions Drechsler encourage Gevaert PALMARES Sportifs de l'année

Sportifs de l'année - La grande fête du sport belge a confirmé le couple gagnant de l'an dernier

Henin et Everts comme en 2003

* Comme l'année précédente, le tennis et le motocross ont attriré les faveurs de la presse sportive. Everts l'emporte pour la quatrième fois d'affilée !

STÉPHANE THIRION

Le sport belge n'a pas pavoisé, en cette année 2004, et il serait sot d'admettre le contraire. Les récentes désillusions, parfois cinglantes, mesurées en football n'ont fait que confirmer cette morosité. On dit qu'il y a de mauvaises années, comme pour le vin, les fruits, les pommes de terre ou le blé. Il y en aura donc de meilleures, heureusement, car, au cours des douze derniers mois, le sport national s'est surtout enquis de la santé de ses deux étoiles des courts, Kim Clijsters et Justine Henin.

En 2003, les Belges avaient dominé le tennis féminin au point que, pour l'attribution de la « Sportive de l'année » rarement autant de titres majeurs avaient été cités dans les distinctions. Cette année, alors que la Limbourgeoise n'a pas eu droit aux feux de la rampe suite, entre autres, à de délicats problèmes au poignet gauche, la Famennoise a eu le temps, grâce à son talent, de remporter l'Open d'Australie en janvier. Une maladie rare l'éloignant ensuite des festivités, elle se força à défendre son titre sur la terre battue de Paris avant de comprendre qu'il était urgent, pour son corps, de prendre du repos. Un choix indispensable qui déboucha néanmoins sur un miracle : le titre olympique à Athènes. Son sponsor principal avait basé sa promotion aux Jeux sur le slogan « Rien n'est impossible » : démonstration, en effet !

Ces deux titres suffisaient largement à Justine pour succéder à elle-même à un trophée qu'elle n'avait pas eu l'occasion d'embrasser l'année précédente, retenue par sa profession. Hier soir, à quelques semaines de l'Open d'Australie où elle défendra son titre, Justine (932 points) a accueilli sa deuxième récompense d'affilée avec les honneurs dus à son nouveau rang d'élite du sport, belge bien sûr, mais surtout mondial.

Ann Wauters (427 points), récemment en Belgique avec son équipe de Samara (basket-ball) et Kim Gevaert (745 points), récompensée quelques minutes plus tôt sur le plan collectif avec l'équipe du relais 4 100 féminin étaient les indiscutables concurrentes d'une lauréate tout aussi... indiscutable.

Après le relais féminin, donc, et le prix du « meilleur espoir » attribué à la gymnaste Aagje Van Walleghem, il restait à attribuer la distinction décernée par l'ensemble de la presse sportive belge à un homme. Mais lequel ? Stefan Everts, indécrottable magicien des sables et de la boue, pouvait-il réaliser la passe d'une quatrième récompense d'affilée ? Le résultat était, là aussi, attendu : Everts l'emporta largement sur d'autres sportifs habiles sur deux roues, mais moins bruyants, Tom Boonen et Axel Merckx.

Plus de 200 points d'avance pour le Mike Tyson du motocross, cela reflétait finalement l'impression générale laissée par l'année sportive belge : un seul champion du monde chez les hommes dans une discipline, il faut bien le dire, réservée à quelques nations, souvent les mêmes. Boonen, 23 ans, et autant de victoires en 2004 attendra son heure. Axel, lui, a déjà obtenu un trophée, celui du Mérite sportif.

Henin, Everts : les lauréats se suivent, mais les années ne se ressemblent pas forcément.·

Stefan pour la quatrième fois

THIERRY WILMOTTE

Et de quatre ! Stefan Everts semble définitivement avoir pris un abonnement à l'élection du Sportif de l'année. Une fois de plus, il aura devancé les cyclistes, Tom Boonen et Axel Merckx en l'occurrence.

Après l'avoir précédemment fait avec Rik Verbrugghe, Johan Museeuw et Peter Van Petegem les années précédentes.

Au point, cette fois, de l'étonner et même de le décevoir... Je pensais sincèrement que les cyclistes l'auraient cette fois-ci, affirma l'octuple champion du monde de motocross. J'ai beaucoup de respect pour eux et je n'aurais pas été déçu d'être devancé par l'un ou l'autre. Mais bon, j'ai de la chance, c'est incroyable !

Stefan Everts considère en plus que 2004 ne fut pas sa plus belle saison. Je suis beaucoup plus content de 2003 qui fut sans nul doute ma plus belle campagne, dit-il.

La défunte saison se clôtura en outre par l'incident qui l'opposa à Mickaël Pichon à qui il envoya ses lunettes au visage lors du dernier Grand Prix d'Australie.

C'est dommage. Aujourd'hui encore, je regrette ce geste. Mais bon, nous nous sommes expliqués, Mickael et moi, et c'est désormais de l'histoire ancienne. L'année 2004 est derrière moi. Je ne pense déjà plus qu'à 2005. D'ailleurs j'ai déjà recommencé à m'entraîner et je suis très motivé par les challenges qui vont se présenter à moi dans le futur, affirme l'homme de Neeroeteren exilé à Monaco, papa d'un petit garçon (Liam) depuis juillet.

Insatiable Stefan Everts, déjà en route vers un neuvième titre de champion du monde, et encore d'autres records sans doute. Ce ne sont pas les titres ou les records qui m'excitent spécialement. C'est surtout gagner qui me plaît. C'est pour moi. C'est un plaisir auquel j'ai pris goût et dont je n'envisage pas encore de me passer.

Ces succès escomptés seront-ils synonymes de nouvelles consécrations au Sportif de l'année ? Stefan Everts ne cache en tout cas pas que, désormais nanti de quatre trophées, il peut raisonnablement viser le record établi par Eddy entre Merckx entre 1969 et 1974, quand il fut sacré à six reprises, également consécutivement.

J'ai 32 ans et je me sens encore parfaitement capable de rouler au top pendant deux saisons. C'est en tout cas le plan que je me suis fixé. Après, on verra, conclut-il.

Deux ans de plus ?

Voilà une excellente occasion, en effet, d'égaler au moins le record d'Eddy Merckx. Décidément, Stefan Everts se sera trouvé très souvent sur la route des cyclistes avec son bolide de motocross...·

Quand les femmes battent les hommes...

On attendait plutôt le tandem du tennis composé d'Olivier Rochus et de Xavier Malisse. Après tout, l'Auvelaisien et le Courtraisien avaient apporté à la Belgique une de ses plus belles surprises tennistiques en remportant, en juin dernier, le double à Roland Garros. Mais ce fut l'athlétisme qui fut à l'honneur dès le début de la cérémonie avec la remise du Trophée de l'Equipe sportive de l'année.

Katleen De Caluwé, Lien Huyghebaert, Elodie Ouedraogo sans oublier, bien sûr, la reine Kim Gevaert et la réserviste Nancy Callaerts affichèrent toutes un sourire où se mêlèrent à la fois la joie mais aussi la surprise.

Splendides dans leur tenue de soirée, les relayeuses du 4x100 mètres remportèrent les suffrages des journalistes pour succéder à l'équipe nationale de motocross, sacrée en 2003. A l'annonce du verdict, elles se dandinèrent avec grâce jusqu'au podium pour rechercher leur trophée.

La gent masculine, en surnombre vendredi soir sut apprécier... Sixièmes de la finale olympique, les joyeuses gazelles profitèrent également de l'année 2004 pour améliorer à deux reprises le record national. Une première fois à Plovdiv (Bulgarie) lors de la Coupe d'Europe, une autre à l'occasion des Jeux olympiques d'Athènes (en 43.08) se qualifiant pour la finale.

La victoire du relais féminin est également celle de l'amitié entre quatre filles qui se connaissent à la perfection et s'entraînent dans un même club, l'AC Vilvorde (Callaerts s'entraîne pour sa part dans le pays de Waes).

Assis à leur table, Rudi Diels, leur entraîneur fut convié par ses ouailles à monter sur le podium. Gevaert tint à le remercier publiquement pour son travail.

Preuve que leur talent a dépassé les frontières belges, les cinq filles dans le vent ont appris récemment que l'IAAF, la Fédération internationale d'athlétisme, les invitait aux prochains championnats du monde qui se tiendront en août prochain à Helsinki. Pas besoin, dès lors, de satisfaire les minima pour se retrouver en piste et tenter de reproduire leur belle aventure olympienne !

Du haut de ses 17 ans, Aagje Vanwalleghem avait-elle eu peur de se trouver confrontée aux nombreuses personnalités présentes, vendredi soir, à l'hôtel Plaza, à Bruxelles ?

Pas du tout. Engagée dans une compétition à Anvers, c'est entre deux cabrioles qu'elle a pris connaissance de sa nomination comme Espoir de l'année.

Pas vraiment de quoi échapper à l'émotion, suscitée cette fois par un nombreux public enthousiaste qui ne manqua pas de faire éclater bruyamment sa joie à l'annonce de l'élection de la petite Flandrienne.

Dans la confidence, les caméras de la VRT avaient effectivement fait le déplacement jusque-là afin de recueillir les premières impressions de la jeune gymnaste en direct.

Super, fantastique... Il ne fallait sans doute pas s'attendre à plus d'une jeune fille en pleine évolution et supposée de plus se concentrer un minimum quand même sur la compétition dans laquelle elle était engagée.

Confrontée au spécialiste de cyclo cross, Niels Albert, et au gardien de but Silvio Proto pour le tour final de cette élection, Aagje Vanwalleghem n'a en tout cas pas volé cette distinction qui vient récompenser une saison marquée par sa qualification pour les Jeux olympiques d'Athènes favorisée par ses places de finaliste aux épreuves de Coupe du monde de Lyon et de Rio de Janeiro.

Aux JO, elle avait accédé au tour final et s'était finalement classée 23e. Un résultat plus que prometteur pour cette jeune fille timide qui, à Athènes, avait vécu une belle amitié avec Justine Henin. Tout un symbole...·

Pa. L. et T. W.

Gella Vandecaveye mise à l'honneur

Quelques jours avant de s'embarquer pour le Dakar, Gella Vandecaveye est passée par Bruxelles afin d'y recevoir un trophée d'honneur destiné à couronner l'ensemble de sa carrière de judokate riche notamment de deux titres mondiaux et de multiples titres nationaux dont le dernier qu'elle est encore allée glaner il y a quelques semaines à peine à Charleroi. Un dernier titre pour couronner un palmarès incomparable. Si la Courtraisienne a remisé son kimono, elle n'en restera pas moins bien en vue sur différents terrains de sport et d'aventure. Elle projette en effet une expédition en Alaska ainsi qu'un tour du monde en 80 jours à bord d'un dirigeable. Qui arrêtera Gella Vandecaveye ? Certainement pas l'obtention de ce trophée d'honneur qui ne semble que la lancer vers une nouvelle vie. (T.W.)

Photo News.

En grande pompe

Les organisateurs avaient décidément mis les petits plats dans les grands. C'est ainsi que les nominé(e)s de la soirée (trois par catégorie) furent tou(te)s acheminé(e)s vers le luxueux hôtel de la capitale théâtre de la manifestation en... limousines, lesquelles seillaient parfaitement aux tenues de soirée de rigueur exigées pour la circonstance. (Pa. L.)

Henin battue par Verhofstadt !

La ponctualité est, paraît-il, la politesse des rois. A ce petit jeu-là, la Sportive de l'année n'est donc pas une reine. Elle est arrivée bonne dernière (même après Guy Verhofstadt !) à la cérémonie, une demi-heure seulement avant le direct télévisé et alors que la plupart des convives avaient déjà largement entamé leur dessert. (Pa.L.)

Brochette de champions

Outre quelques-uns de nos plus grands champions comme Eddy Merckx, Jacky Ickx, Gaston Roelants, Raymond Ceulemans ou Joël Robert, la soirée était également rehaussée de la présence de quelques pointures internationales comme Pieter van den Hoogenband (qui a confirmé son intention d'encore aller chercher l'or sur 100 m à Pékin, en 2008), Heike Drechsler, Elena Dementieva, Oscar Freire et Paul Tergat. (T.W.)

Drechsler encourage Gevaert

Heike Drechsler n'a pas tari d'éloges au sujet de Kim Gevaert. Kim est une fille fantastique, et je peux vous dire qu'elle est, selon moi, loin d'être arrivée à son maximum. Je lui prédis un avenir radieux d'autant qu'en sprint, l'horizon s'est dégagé. Marion Jones ne sera plus là... (T.W.)

PALMARès

SPORTIFS DE L'ANNÉE

1967 : Ferdinand Bracke (cyclisme) *. 1968 : Serge Reding (haltérophilie). 1969 : Eddy Merckx (cyclisme). 1970 : Eddy Merckx (cyclisme). 1971 : Eddy Merckx (cyclisme). 1972 : Eddy Merckx (cyclisme). 1973 : Eddy Merckx (cyclisme). 1974 : Eddy Merckx (cyclisme). 1975 : Bruno Brokken (athlétisme). 1976 : Ivo Van Damme (athlétisme) *. 1977 : Michel Pollentier (cyclisme). 1978 : Raymond Ceulemans (billard). 1979 : Robert Van de Walle (judo) *. 1980 : Robert Van de Walle (judo). 1981 : Freddy Maertens (cyclisme). 1982 : Jacky Ickx (automobilisme). 1983 : Eddy Annijs (athlétisme) *. 1984 : Claude Criquielion (cyclisme). 1985 : Gaston Rahier (motocross) et Vincent Rousseau (athlétisme). 1986 : William Van Dijck (athlétisme) *. 1987 : Georges Jobé (motocross). 1988 : Eric Geboers (motocross) *. 1989 : Thierry Boutsen (automobilisme). 1990 : Rudy

Dhaenens (cyclisme). 1991 : Jean-Michel Saive (tennis de table) *. 1992 : Georges Jobé (motocross). 1993 : Vincent Rousseau (athlétisme) *. 1994 : Jean-Michel Saive (tennis de table). 1995 : Frederik Deburghgraeve (natation) *. 1996 : Frederik Deburghgraeve (natation). 1997 : Luc Van Lierde (triathlon) *. 1998 : Frederik Deburghgraeve (natation). 1999 : Luc Van Lierde (triathlon). 2000 : Joël Smets (motocross). 2001 : Stefan Everts (motocross). 2002 : Stefan Everts (motocross). 2003 : Stefan Everts (motocross) *. 2004 : Stefan Everts (motocross).

SPORTIVES DE L'ANNÉE

1975 : Carine Verbauwen (natation). 1976 : Anne-Marie Pira (athlétisme). 1977 : Anne-Marie Pira (athlétisme). 1978 : Carine Verbauwen (natation). 1979 : Carine Verbauwen (natation). 1980 : Ingrid Berghmans (judo). 1981 : Annie Lambrechts (patinage à roulettes) *. 1982 : Ingrid Berghmans (judo) *. 1983 : Ingrid Berghmans (judo). 1984 : Ingrid Berghmans (judo). 1985 : Ingrid Berghmans (judo). 1986 : Ingrid Berghmans (judo). 1987 : Ingrid Lempereur (natation) *. 1988 : Ingrid Berghmans (judo). 1989 : Ingrid Berghmans (judo). 1990 : Sabine Appelmans (tennis). 1991 : Sabine Appelmans (tennis). 1992 : Annelies Bredael (aviron) *. 1993 : Gella Vandecaveye (judo). 1994 : Brigitte Becue (natation) *. 1995 : Brigitte Becue (natation). 1996 : Ulla Werbrouck (judo). 1997 : Gella Vandecaveye (judo). 1998 : Dominique Monami (tennis).

1999 : Kim Clijsters (tennis). 2000 : Kim Clijsters (tennis). 2001 : Kim Clijsters (tennis) *. 2002 : Kim Clijsters (tennis). 2003 : Justine Henin (tennis). 2004 : Justine Henin (tennis).

* Ont reçu la même année le trophée national du Mérite sportif.

ESPOIRS DE L'ANNÉE

1998 : Kim Clijsters (tennis). 1999 : Bart Wellens (cyclo-cross). 2000 : Tom Vanoppen (cyclo-cross). 2001 : Jurgen Van den Broek (cyclisme). 2002 : Thomas Buffel (football). 2003 : Kirsten Flipkens (tennis). 2004 : Aagje Van Walleghem (gymnastique).

ÉQUIPES DE L'ANNÉE

1997 : Maaseik (volley-ball). 1998 : Equipe nationale de motocross. 1999 : Equipe nationale de Coupe Davis (tennis). 2000 : Anderlecht (football). 2001 : Equipe de Fed Cup (tennis). 2002 : La Villette Charleroi (tennis de table). 2003 : Equipe nationale de motocross. 2004 : Relais 4 100 m féminin (athlétisme).

SPORTIF DE L'ANNÉE

1. Stefan EVERTS (motocross) (110) 892

2. Tom Boonen (cyclisme) (65) 679

3. Axel merckx (cyclisme) (23) 491

4. Bart Wellens (cyclo-cross) (15) 351

5. François Duval (auto) (5) 197

6. Vincent Kompany (football) (5) 196

7. Didier Mbenga (basket) (4) 113

8. Roel Paulissen (VTT) 108

9. Tim Maeyens (aviron) (1) 69

10. Olivier Rochus (tennis) (6) 66

11. Benny Vansteelant (duathlon) (2) 56

12. Roel Moors (basket) 40

13. Xavier Malisse (tennis) 38

14. Ludo Philippaerts (équitation) 34

15. Vital Heynen (volley) 33

16. Steve Ramon (motocross) 28

17. Mario Vanhoenacker (triathlon) 26

18. Tom Van Hooste (athlétisme) 24

19. Tom Steels (cyclisme) (1) 22

Philippe Bergmans (voile) 22

21. Nick Nuyens (cyclisme) 20

22. Kevin Van der Perren (patinage artist.) 14

23. Günther Couckhuyt (gymnastique) 12

Pieter Gysel (short-track) 12

25. Jean-Michel Saive (tennis de table) 10

SPORTIVE DE L'ANNÉE

1. Justine HENIN (tennis) (131) 932

2. Kim Gevaert (athlétisme) (70) 745

3. Ann Wauters (basket-ball) (14) 427

4. Ilse Heylen (judo) (4) 387

5. Muriel Sarkany (escalade) (16) 383

6. Kathleen Smet (triathlon) 243

7. Kim Clijsters (tennis) 95

8. Tia Hellebaut (athlétisme) 39

9. Virginie De Carne (volley) 25

10. Kirsten Flipkens (tennis) (1)23

11. Laurence Rase (taekwondo) 17

12. Karin Donckers (concours complet équ.) 13

13. Catherine Jacques (judo) (1) 10

14. Petra Santy (kayak) 8

15. Ann Simons (judo) 7

ESPOIR DE L'ANNÉE

1. Aagje VAN WALLEGHEM (gym) (79) 347

2. Silvio Proto (football) (52) 231

3. Niels Albert (cyclo-cross) (44) 213

4. Kevin Pauwels (cyclo-cross) (27) 209

5. Kevin Strijbos (motocross) (12) 153

6. Joeri Vansteelant (duathlon) (4) 89

7. Charlie De Rijcke (squash) (9) 78

8. Miek Vyncke (duathlon) (6) 61

9. Tom De Mul (football) (4) 40

10. Diego Vandeschriek (karaté) 6

ÉQUIPE DE L'ANNÉE

1. 4 100 M FÉMININ (athlétisme)

(De Caluwé, Huyghebaert, Ouedraogo,

Gevaert) (100) 453

2. Tennis (Malisse-O. Rochus) (84) 371

3. Motocross (Everts-Ramon-Strijbos) (18) 198

4. Kayak (Maesen-D'Haene) (13) 116

5. Tennis de table (Villette Charleroi) (13) 109

6. Hockey (équipe nationale -16 ans) (7) 69

7. Jumping (équipe nationale) 51

8. Cyclisme piste (De Ketele-Keisse) (1) 29

9. Volley-ball (Tongres femmes) (1) 23

10. Cyclisme piste (Mertens-Roels) 1

Entre parenthèses : nombre de premières places