Sur les traces de Liedericq le fondateur

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Sur les traces de Liedericq le fondateur Jérôme Rombaux

Liedericq est à Mont-de-l'Enclus, en Hainaut occidental, ce qu'Arthur est à Tintagel, dans les Cornouailles : un mythe, toutes proportions gardées bien sûr. Quoique... Car la figure enclusienne serait le fondateur de Bruges et de Lille.

J'animais déjà des balades contées quand l'historien Maurice Pichon m'a fait découvrir ce personnage, entre légende et réalité, explique notre guide Jonathan Vanlaer. Aujourd'hui, Liedericq a sa propre fête et son sentier. Le coordinateur du Centre protestant d'Amougies y emmène les curieux, de 5 ans à l'âge adulte, pour une promenade de 6,5 km et d'1h30.

Au départ de la Maison des Randonneurs, à l'Enclus du Haut, on se dirige vers les parkings du centre touristique qu'on laisse sur la gauche pour grimper vers la lisière du « Kluisbergbos ». Ce bois qui s'étale sur 600 ha, à cheval sur la frontière linguistique, était autrefois surnommé « la Forêt sans foi ni miséricorde ». En 620, la caravane de Salvaert, prince de Dijon, y avait été attaquée par le comte Phinaert.

Changement d'époque en haut de la côte avec la tour blanche d'Orroir, vestige d'une chapelle reconvertie par les armées napoléoniennes en poste d'observation d'où on pouvait voir, par temps clair, jusqu'à Lille. Une stèle indique le point culminant du site, à 141 mètres d'altitude.

Vers la droite, le sentier surplombe une voie accessible aux véhicules motorisés jusqu'au Vierschaar, ou ferme du Christ. Jadis, la cour de justice se tenait sous un arbre baptisé le « Troncq des Echevins ».

Descente à droite par un chemin creux semblable à celui choisi par Phinaert pour tendre son traquenard. Nouveau virage à droite vers la « Fontaine del'Sault » où l'épouse du prince Salvaert, Ermengarde de Roussillon, aurait mis au monde son fils, caché dans un buisson pour échapper aux poursuivants. Liedericq sera recueilli par l'ermite qui donnera son nom à Kluisbergen (Mont-de-l'Enclus), qui signifie textuellement « mont de l'ermitage ».

Le parcours emprunte la Verte Voie, terme désignant une ancienne piste « magique », où l'enfant sera élevé dans un des nombreux ermitages de la région. Au sortir du sentier du Préchou - le nom d'un autre ermite -, reprendre à droite la rue Caumont vers le chemin du Renard. Le retour est prévu à la bien nommée Maison des Randonneurs.

Intégré au Parc naturel du Pays des Collines, ce temple des promenades en hautes tiges a été confié voici un an à Marie-Antoinette Berni, soucieuse de « privilégier l'aspect nature du site ». Courant mai, les fiches des balades à pied, à cheval ou à vélo seront reprises dans un pack (2 euros). Car « on vient surtout ici pour s'initier au VTT », témoigne Linda Jowan, vélociste sur le versant néerlandophone. Ce n'est pas pour rien que Kluisbergen accueillera du 29 au 31 juillet les championnats d'Europe de la discipline.

Infos : Maison des Randonneurs (ouvert de mars à la Toussaint, le week-end et les jours fériés de 14 à 18 h) - 30a, Enclus du Haut, 7750 Mont-de-l'Enclus - tél. 069/64.16.56.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une