UNE AUBERGE OU IL FAIT BON MANGER. EN BRABANT WALLON, POUR LES PROMENEURS DU DIMANCHE

Temps de lecture: 2 min

À TABLE

UNE AUBERGE

OÙ IL FAIT BON MANGER

En Brabant wallon, pour les promeneurs du dimanche

Je n'écrirai pas que la découverte d'un bon restaurant est un bienfait pour l'humanité. Elle procure néanmoins de joyeuses perspectives, surtout lorsque le cuisinier ne bénéficie pas d'un passé prestigieux ou d'un lancement hyper-médiatisé. Ainsi «L'Auberge de Morimont», située à Céroux-Mousty, à deux minutes de Louvain-la-Neuve. Rien, de prime abord, pour faire courir les foules. La patronne est jolie mais les couples qui ont rempli L'Auberge lors du week-end de la Saint-Valentin n'avaient pas d'yeux pour elle. Pas plus que pour le décor de cette belle maison de campagne, formée de deux salles en «L», augmentée d'une belle terrasse et d'un immense parking. Vient-on avant ou après une promenade dans le bien nommé bois des Rêves? Pas en ces temps de frimas. Pour la modestie des prix? Pas plus, les beaux produits sont inévitablement, partout et toujours, à leur prix. Peut-être pour la cuisine du chef, Pascal Lion, deux bonnes douzaines de printemps et déjà une toque bien garnie: commis chez Bruneau, à L'auberge d'Ohain, sous-chef pendant trois ans du bon Patrick Quisenaire, du Saint-Jean des Bois à Limelette.

La carte appartient au type court. On ne peut rêver meilleure entrée en matière que la gelée de caille et ris de veau à l'estragon, jolie tranche colorée du vert de tronçons de haricots verts et du rouge d'une succulente vinaigrette à la betterave. Cette entrée (650 F) fera un malheur aux beaux jours, tant sa fraîcheur s'accordera avec un repas en plein air. J'y associerai la salade de homard (700 F) au curry extrêmement léger (l'art du dosage est déterminant dans la réussite du plat), où le crustacé de bonne chair trouve un répondant heureux dans la présence de dés de pommes aussi croquants qu'acides. Si vous voulez allier la simplicité à la finesse de goûts finement iodés, retenez le consommé de langoustines aux fins légumes à l'émincé de coquilles Saint-Jacques. On poursuit de médaillons de lapereau au lard fumé, à la sauce crémée et moutardée (775 F), un rien déforcés d'un dôme de languettes de carottes trop douces; de noisettes d'agneau parfaitement rosées, coiffées d'un fine chapelure rehaussée d'ail très doux, merveille d'équilibre et de justesse. Avec dix desserts, la finale paraît plus longue que le choix des plats: le chef se comporte en véritable gourmand-professionnel. Deux menus tentants à 1.200 F et 1.650 F complètent la carte.

Pascal Lion a composé une carte de vins d'un fieffé sérieux dans les prix: ses choix sont judicieux, et il ne pousse pas sur le coefficient multiplicateur qui rend tant de bouteilles inabordables.

CHAMBERTIN

«L'Auberge de Morimont», 19 rue de Morimont, 1341 Céroux-Mousty. Tél. 010-45.26.82. Fermé dimanche soir et lundi.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une