« Ntuyahaga avait pouvoir de vie et de mort »

L'ex-major rwandais Bernard Ntuyahaga a assisté à l'assassinat de la famille Nkundabagenzi au domicile de celle-ci, à Kigali, par des tueurs qu'il a lui-même amenés sur place, a raconté jeudi un témoin devant la cour d'assises de Bruxelles-Capitale.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Des militaires et des interahamwe ont été conduits en jeep à la maison d'Emmanuel Nkundabagenzi par Bernard Ntuyahaga. Il a attendu ses hommes à l'extérieur pendant que la famille se faisait tuer », a déclaré le jardinier Faustin Murangwa. « Ils ont tué tout le monde : Emmanuel Nkundabagenzi, sa femme, ses enfants, et même le boy et la boyesse », a-t-il ajouté, disant avoir assisté à la scène.

Après avoir pillé la maison, ces mêmes tueurs se sont rendus à pied chez un autre voisin de l'accusé, Justin Niyongira, qui sera également tué, a-t-il encore dit.

Outre l'assassinat de dix casques bleus belges et de la Première ministre rwandaise, Bernard Ntuyahaga est accusé d'avoir fait tuer ses voisins Emmanuel Nkundabagenzi et Justin Niyongira, ainsi que leurs familles.

Selon le témoin, la major Ntuyahaga, comme les autres officiers, était appelé « patron » par les interahamwe. « Or, ce sont les patrons qui fournissaient à ces milices, bras armé des génocidaires, les listes de personnes à éliminer », a relevé Me Brigitte Barthélémy, conseil des parties civiles.

« Bernard Ntuyahaga aurait pu empêcher les tueurs. S'il l'avait voulu, il n'y aurait pas eu de morts dans le quartier de Kyovu », à Kigali, où il résidait, a encore dit M. Murangwa.

L'accusé « avait pouvoir de vie et de mort », en a conclu Me Barthélémy, alors que l'avocat de la défense, Me Luc De Temmerman, a fustigé les « mensonges » du témoin.

(D'après Belga)

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une