Grimbergen La bourgmestre ne cache pas ses préoccupations : « Trop de non-néerlandophones »

Marleen Mertens, la bourgmestre CD&V de Grimbergen, ne masque pas son inquiétude face à l’augmentation des allophones dans sa commune. « Oui, c’est préoccupant. Lorsque beaucoup de citoyens issus d’autres cultures ne s’expriment pas dans la langue de la région, cela risque de mettre en péril le tissu social de la commune. Ces nouveaux arrivants ne s’insèrent pas, par méconnaissance de la langue flamande, dans les associations locales, dans la fanfare ou dans toute autre activité communale. En bout de course, la cohésion de la commune en pâtit . »

La bourgmestre fait aussi remarquer que le phénomène est palpable, depuis la rentrée scolaire, dans les écoles de la communes : « Hier, une famille s’est rendue à la direction d’une établissement d’enseignement de la commune pour demander en français : “Vous avez encore une place pour notre enfant ?”. Cette hausse du nombre d’enfants francophones ou d’autres cultures qui ont en commun de ne pas parler le néerlandais à la maison ne facilite vraiment pas la tâche des enseignants. »

Pourtant, Grimbergen ne ménage pas ses efforts pour promouvoir l’usage du néerlandais et encourager les habitants qui ne pratiquent pas la langue de Vondel à plonger dans le bain de l’immersion. La commune mène depuis plusieurs années auprès des commerçants des actions de sensibilisation pour les inciter à afficher uniquement en néerlandais. Le CPAS lie l’attribution du revenu d’intégration à l’apprentissage de la langue néerlandais. Des cours de néerlandais sont dispensés gratuitement par le centre d’enseignement des adultes ( Centrum voor volwassenonderwijs). Grimbergen accueille aussi l’un des 15 cafés Café Combinne du Brabant flamand, ces cafés de discussion interculturels où les échanges se déroulent exclusivement en néerlandais. Et ses clubs de football font distribuer des glossaires des termes footballistes en néerlandais. Certains groupes politiques évoquent même la possibilité de supprimer les subsides aux clubs qui n’organiseraient pas leurs entraînements dans la langue de Vondel.

Semaine du client allophone

Toutes ces initiatives paraissent donc insuffisantes pour inciter les non-néerlandophones à s’exprimer en néerlandais : « La langue est le moyen d’intégration par excellence. Il y a un manque de communication flagrant entre parents non-néerlandophones et enseignants. Nous allons donc engager des gens qui, à l’entrée des écoles, sensibiliseront les parents à l’importance de la connaissance de la langue néerlandaise et à sa pratique à la maison. Une autre initiative sera organisée pendant la troisième semaine d’octobre : nous organiserons, en association avec l’Unizo - l’organisation des classes moyennes flamandes- une “Semaine du client allophone“. Il ne s’agit pas de contraindre les locuteurs non-neerlandophones à s’exprimer en neerlandais, mais à leur donner l’occasion de pratiquer la langue. Les commerçants seront donc invités à ne pas trop rapidement zapper dans une autre langue lorsque le client hésite à formuler une réponse en néerlandais. On propose aux commerçants de Grimbergen de continuer à s’exprimer en néerlandais : c’est la meilleure manière pour le client d’apprendre notre langue. »