L’instinct réveillé d’Armenteros

Temps de lecture: 2 min

Quelques jours avant la fin du dernier mercato estival, Samuel Armenteros traînait encore son ennui en s’entretenant avec l’une des équipes d’âge du RSCA à Neerpede. En souriant intérieurement à l’idée de savoir qu’Anderlecht le paierait une année supplémentaire à ne rien faire. C’était sans compter sur une proposition tombée du ciel et qui allait permettre d'évacuer d’un coup de balai cet encombrant héritage de l’ère van den Brom. Lui aussi libéré sans indemnité (et sans avoir justifié ses états de services à Heracles), le Suédois d’origine cubaine a donc suivi la même filière que son ancien et éphémère équipier, Reynaldo. Avec un point de chute pour le moins singulier : le FK Qarabag Agdam.

C’est donc bien en Azerbaïdjan, où son agent est tout de même parvenu à lui dénicher un contrat de 300.000 euros net par saison, que les sites spécialisés de statistiques recensèrent ces dernières semaines, les premiers coups d’éclat d’Armenteros. Un joueur à qui seul l’air du championnat néerlandais semblait convenir (11 buts en 29 matchs lors de son dernier prêt en date, à Willem II) mais dont l’instinct ensommeillé s’est soudainement réveillé en bords de mer Caspienne. Avec 2 buts lors de ses trois premières apparitions sous le maillot très juventino de Qarabag, l’ancien attaquant d’Anderlecht s’est d’emblée imposé à son nouvel environnement.

Ce jeudi, il fera donc la paire avec Reynaldo pour s’opposer à son ancien employeur anderlechtois. Avec le même ricanement intérieur à l’issue de la rencontre ?

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une