Thiéry évincé à Linkebeek: «Je suis décidé à attaquer sur tous les fronts»

Eric De Bruycker a accepté sa nomination comme maïeur. Olivier Chastel (MR) estime que «le seul bourgmestre légitime à Linkebeek est Thiéry».

Temps de lecture: 4 min

Le conseiller communal de l’opposition linkebeekoise Eric De Bruycker accepte sa nomination comme bourgmestre de Linkebeek par la ministre flamande des Affaires intérieures, mais sous conditions, a indiqué dimanche après-midi le groupe Prolink (2 conseillers communaux sur 15).

Si après un certain temps, il apparaît qu’au sein de la majorité francophone de Linkebeek, il n’y a pas de volonté de collaborer, Eric De Bruycker remettra son mandat en jeu. «Nous ne voulons pas être responsables du non fonctionnement de notre commune», a indiqué Prolink, à l’issue d’une réunion du groupe minoritaire.

► Lire l’analyse de Martine Dubuisson  : Les partis francophones dénoncent «un coup d’Etat communautaire»

Prêt à faire place si la majorité francophone propose un autre candidat

Eric De Bruycker s’est par ailleurs dit prêt à faire place nette immédiatement si la majorité francophone propose un autre candidat que Damien Thiéry au poste de bourgmestre.

La ministre des Affaires intérieures flamandes Liesbeth Homans (N-VA) a annoncé dimanche avoir nommé le conseiller communal néerlandophone de l’opposition Eric De Bruycker bourgmestre de Linkebeek. Depuis l’annonce, les réactions politiques pleuvent.

Pour le président du MR Olivier Chastel, la ministre flamande « s’entête dans son refus de la légitimité démocratique du bourgmestre de Linkebeek Damien Thiéry ». Pour le MR, « Damien Thiéry est le seul bourgmestre légitime de Linkebeek. »

Il poursuit  : « Il est difficilement envisageable qu’un conseiller communal de la minorité, sans aucune expérience de la gestion d’une commune et sans aucun appui parmi le collège échevinal, puisse exercer correctement la fonction de bourgmestre ».

Damien Thiéry « décidé à attaquer sur tous les fronts »

Quelle va être la réaction de la majorité francophone de Linkebeek? Damien Thiéry ne veut pas trop dévoiler ce qui se passera au conseil communal de ce lundi soir. Mais il nous précise qu’il reste président du conseil communal et, à ce titre, continuera à en présider les séances... sachant qu’Eric De Bruycker sera bourgmestre dès lundi soir. Mais il ne bénéficiera manifestement pas de tous les soutiens pour exercer ses fonctions…

D’autant que Damien Thiéry ne compte pas en rester là: «Je suis décidé à attaquer sur tous les fronts, à actionner tous les leviers. Je ne vais pas me gêner pour faire connaître la situation au Conseil de l’Europe. Si je dépose plainte, on en tiendra compte.»

Elio Di Rupo: à Linkebeek, on «bafoue le choix des électeurs»

Le président du Parti Socialiste a invité dimanche le Premier ministre Charles Michel à inscrire le dossier de la nomination du bourgmestre de Linkebeek à l’ordre du jour du prochain comité de concertation.

«Je demanderai aux ministres socialistes des gouvernements wallon, bruxellois, de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Communauté germanophone de soutenir le choix des électeurs linkebeekois», a-t-il commenté, regrettant la volonté de la ministre flamande Liesbeth Homans «d’imposer à une commune un bourgmestre issu de l’opposition et qui ne jouit pas de la confiance du conseil communal ni de la population »

Pour le président du PS, «par cette nomination, les droits des francophones et le choix des électeurs de Linkebeek sont bafoués».

Par ailleurs, Elio Di Rupo a ajouté qu’en tout état de cause, il invitera ses collègues présidents de partis francophones à une concertation quant à «l’attitude commune à adopter pour permettre le respect de la démocratie».

Un nouveau bourgmestre nommé ce dimanche

La ministre des Affaires intérieures flamandes Liesbeth Homans (N-VA) a annoncé dimanche avoir nommé le conseiller communal néerlandophone de l’opposition Eric De Bruycker bourgmestre de Linkebeek. Mme Homans a dit espérer que, ce faisant, il serait mis fin au carrousel entourant la nomination du bourgmestre de cette commune à facilités de la périphérie privée de maïeur depuis 2006.

Il y a un peu plus de deux semaines, la ministre flamande avait nommé l’échevin francophone Yves Ghequière bourgmestre de la commune, mais ce membre de la majorité francophone qui compte 13 élus sur 15, avait refusé cette nomination, en plein accord avec son groupe et Damien Thiéry, bourgmestre faisant fonction, dont la nomination a été refusée à plusieurs reprises pour non respect de la législation linguistique.

A lire :Yves Ghequiere nommé bourgmestre de Linkebeek par Liesbeth Homans (N-VA)

Pour Mme Homans, «cette nomination avait été faite dans le respect de la loi et des rapports de forces au niveau local. Yves Ghequière a déclaré le 22 septembre dernier qu’’il n’acceptait pas d’endosser la fonction de bourgmestre. Damien Thiéry a en outre indiqué qu’aucun membre de sa liste n’était candidat à la fonction de bourgmestre. Ce faisant, la majorité francophone ne s’est pas seulement placée au dessus de la Loi spéciale, elle a nié à deux reprises la jurisprudence du Conseil d’Etat - le plus haut collège de droit administratif dans le pays», a commenté dimanche la ministre, par voie de communiqué.

► A lire :Le CDH enjoint le MR d’arrêter d’accorder une confiance aveugle à la N-VA

Aux yeux de Liesbeth Homans, «notre état de droit ne fonctionne que si tous les niveaux de pouvoir dans le pays exécutent nos règles de droit démocratique et les jugements du plus haut collège du droit administratif. A Linkebeek, la majorité outrepasse les lois et la jurisprudence depuis des années. Il faut y mettre un terme», a-t-elle encore dit.

► A lire :Pour le FDF, la NVA rentre dans le MR comme dans du beurre

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une