Visite d’Erdogan à Bruxelles: le malaise en coulisse fait le buzz (vidéo)

Il n’y a pas que les services de sécurité qui se sont fait rappeler à l’ordre lors de la visite en Belgique du président turc Recep Tayyip Erdogan. Samedi, la Une diffusait dans son Contrechamp, une séquence intitulée « Erdogan à Bruxelles, presse malmenée » qui n’est pas passée inaperçue… On y voit un responsable de l’ambassade de Turquie reprocher à une conseillère de Charles Michel d’avoir laissé une journaliste poser une question dérangeante.

À l’attention du journaliste de Contrechamp qui a filmé la scène, la collaboratrice lance : « Vous filmez pas ! J’enverrai un mail à monsieur Jacqmin (NDLR : le directeur de l’information de la RTBF). » Il semblerait, a-t-on appris ce dimanche, que la conseillère en question avait déjà demandé à plusieurs reprises à ne pas être filmée.

« Le truc n’a pas intérêt à passer à l’antenne »

Ensuite, c’est le porte-parole de Charles Michel, averti du « couac », qui s’emporte, alors qu’il est filmé à son insu : « Le truc n’a pas intérêt à passer sur antenne, lance-t-il. C’est une erreur grave et ça ne restera pas sans suite… »

De quelles images parle-t-il ? De l’intervention du représentant de l’ambassade ou de sa collègue qui souhaite préserver son droit à l’anonymat ? Les deux porte-parole concernés n’ont pas souhaité réagir à la polémique. Et à la RTBF, l’heure est à l’apaisement : « Je n’ai pas à qualifier le ton utilisé. Mon boulot, c’est de vérifier que les journalistes puissent faire leur travail », commentait dimanche Jean-Pierre Jacqmin.

La Fédération européenne des journalistes a annoncé son intention d’alerter le Conseil de l’Europe sur « cette intimidation » du cabinet du Premier ministre. « Il est possible de demander à des journalistes de respecter les règles du jeu d’une visite d’Etat, et de respecter le droit à l’image, sans aller jusqu’à les menacer de représailles. »

Voir la vidéo sur mobile