Charles Michel n’a pas protégé la liberté de la presse, selon l’association des journalistes

L’AJP a envoyé un courrier au Premier ministre pour revenir sur les actes d’intimidation envers des journalistes de la RTBF, lors de la visite du président turc.

Temps de lecture: 2 min

L a récente visite officielle du Président de la République turque à Bruxelles a porté atteinte, par deux fois, à la liberté de la presse telle que nous la concevons dans la démocratie que vous dirigez», dénonce l’Association des Journalistes Professionnels (AJP) dans un courrier adressé lundi au Premier ministre Charles Michel.

Une allocution à sens unique

L’AJP pointe d’abord la tenue mardi dernier d’une «conférence de presse», terme placé entre guillemets dans le courrier, au cours de laquelle les médias n’étaient pas autorisés à poser de question. «N’importe quelle communication écrite avec les médias eut été préférable à ce simulacre de conférence de presse, transformée, avec votre consentement, en une allocution à sens unique», dénonce l’AJP.

L’Association revient ensuite sur l’incident survenu après ce moment de presse entre le service de communication du Premier ministre et deux journalistes de la RTBF. «Les pressions d’abord, les menaces ensuite qui ont été formulées à cette occasion ne sont pas acceptables», affirme l’AJP dans son courrier. «Vos services ne peuvent s’arroger ni la direction des choix éditoriaux de la RTBF, ni le droit d’intimider des journalistes au travail.»

Faire la différence entre communication et information

Selon l’AJP, «les coulisses d’une actualité comme la visite d’un Président très contesté relève aussi de l’information. (...) Nous vous demandons de faire la part des choses entre information et communication, et de considérer que les journalistes professionnels ont vocation à agir pour la première et non la seconde. Nous vous demandons aussi de ne plus abuser du terme «conférence de presse» lorsqu’il ne s’agit pas de ce type de rencontre-là».

L’équivalent néerlandophone, la VVJ, a également qualifié d’« intimidation » l’incident survenu entre les membres du cabinet du Premier ministre et les journalistes de la RTBF.

Chargement
Le fil info
Tous

En direct

Le direct

    Sur le même sujet La Une Le fil info

    Allez au-delà de l'actualité

    Découvrez tous les changements

    Découvrir

    À la Une