CHB: Inter-Environnement démonte les arguments du MR

En déposant, peu avant les vacances, un projet de résolution en faveur de la réalisation de la liaison autoroutière Cerexhe-Heuseux-Beaufays, le MR a remis sur la table du Parlement wallon ce projet laissé au placard lors de la précédente législature. De quoi faire bondir Inter-Environnement Wallonie (IEW) qui dépose ce mardi sur le site du Parlement un argumentaire à verser au dossier. En vertu des nouvelles dispositions d’ouverture des débats au public, cet argumentaire ne manquera pas d’être examiné prochainement par les parlementaires wallons lorsque le projet de résolution du MR refera surface.

Dans sa note de quatre pages, IEW souligne la grande contradiction entre, d’une part, le positionnement d’organismes internationaux comme l’OCDE ou le Forum international des transports qui signale que «  l’augmentation de la capacité des routes risque d’induire une demande de mobilité supplémentaire aggravant ainsi le problème  » et la Région wallonne, confrontée à l’obligation de réduire l’émission de gaz à effet de serre (le transport routier est la deuxième source de GES en Wallonie) et à un «   sous-investissement structurel dans l’entretien du réseau routier existant, entraînant sa dégradation progressive  », déclare l’association qui rappelle la hauteur de l’investissement relatif à CHB : 500 millions d’euros, au bas mot.

Au passage, IEW démonte une partie des arguments du MR. Là où les libéraux de l’arrondissement de Liège voient dans CHB le désengorgement du tunnel sous Cointe, la réduction du trafic des quais de la Dérivation, le désenclavement de l’est de l’agglomération ou encore son utilité pour le développement du secteur logistique, IEW déclare que CHB ne fera que « déplacer les trafics routiers au lieu de réduire leur quantité ».

Peu d’amélioration à court ou moyen terme

IEW rappelle que l’étude d’incidences sur l’environnement du projet CHB constate qu’« e n ce qui concerne la liaison sous Cointe, le soulagement dû à l’ouverture de CHB n’apportera que peu d’amélioration que ce soit à court ou moyen terme  ». IEW ajoute : «  Concernant le soulagement des quais, l’étude d’incidences recommande non pas de faire CHB mais de prendre des mesures contraignantes sur la traversée de la ville de Liège. Quant à l’étude Stratec de 2003, elle établit que CHB induirait une hausse du trafic sensible (jusqu’à 20 %) sur l’E40 qui est déjà saturée actuellement et un très faible impact (2,7 %) sur la réduction du trafic de transit international, raison pour laquelle CHB n’est pas repris comme chaînon manquant européen.  »

Considérant la destruction de 173 ha d’éléments naturels (30 agriculteurs touchés dont 5 sévèrement), IEW demande au gouvernement wallon d’adopter une stratégie de mobilité durable : rompre avec la politique passée de développement du réseau routier et de supprimer du plan de secteur la zone de réservation de CHB en mettant un terme à toutes les procédures administratives de demande de permis.

Voilà qui risque de pimenter quelque peu le débat au Parlement wallon alors qu’aujourd’hui, seul Ecolo s’oppose encore au projet.