Les quatre étapes de la carrière de Christian Dauriac

Retour sur les moments clefs de la carrière du rédacteur en chef licencié.

Temps de lecture: 3 min

À la surprise générale, Christian Dauriac (de son vrai nom Christian Baysse) a été licencié par le Conseil d’administration de la RTBF. Il aurait proféré des insultes racistes et homophobes à l’encontre d’un de ses collaborateurs. Des faits qu’il nie et qu’il qualifie de « farfelues ». Il a annoncé qu’il comptait porter plainte. Avant de devenir rédacteur en chef du JT de la RTBF, Christian Dauriac a occupé de nombreux postes dans les médias. Retour sur les grandes étapes d’une longue carrière.

Christian Dauriac licencié par la RTBF

1.  Christian Dauriac fait ses débuts à la radio, après des études à l’institut d’études politique de Bordeaux. Il travaille un temps à Radio France, puis à Sud Radio, ainsi qu’à France Inter Paris. En 1982, il est nommé à son premier poste important : il devient rédacteur en chef des journaux parlés de France Culture. Il y reste deux ans.

2.  Il se lance ensuite en télévision, d’abord comme directeur de l’information à France 3. Mais il est « mis au placard » en 1986, apparemment pour des raisons politiques : France 3 avait à l’époque l’habitude d’alterner ses rédacteurs en chef selon la majorité au pouvoir. 1986 marque le retour de Jacques Chirac comme premier ministre pour un gouvernement de « cohabitation » avec le président Mitterrand, socialiste. Christian Dauriac passe à TF1, où il crée un réseau de correspondants régionaux en relation avec les médias locaux. Ce système permet à TF1 d’obtenir des informations avant ses concurrents. Il travaille à nouveau pour le groupe France Télévision à partir de 1990, dans lequel il occupe de très nombreux postes jusqu’en 2010, avant de continuer sa carrière en Belgique.

3 .  En 2012, il est nommé rédacteur en chef du JT de la RTBF par le Conseil d’administration de la chaîne, à l’unanimité. Il occupait depuis deux ans le poste de directeur adjoint de l’information télévisée. Christian Dauriac se fait vite remarquer en tant que rédacteur en chef : Cette année-là, la RTBF et le Soir ont révélé les résultats de l’élection présidentielle française dès la fin d’après-midi. Or, la loi française de divulguer les résultats avant 20h. Un beau coup pour la RTBF, qui a explosé les records de fréquentation de son site avec 1,3 million de visiteurs. Et un affront pour la Commission française des sondages, qui demanda une enquête. Christian Dauriac a répondu que la RTBF avait juste rempli son devoir d’information auprès du public, et qu’un média belge n’était pas soumis à une loi française.

Christian Dauriac justifie sa décision de révéler les résultats de l’élection avant l’heure prévue

Présidentielle française : une enquête ouverte contre Le Soir et la RTBF

4 .  Le rédacteur en chef devait occuper son poste pendant six ans, mais il ne fera que la moitié de ce mandat. Jeudi, la RTBF a annoncé qu’un Conseil d’administration spécial avait été convoqué, et que Christian Dauriac était licencié sur-le-champ. La RTBF n’a pas fourni de motif officiel, mais des accusations de racisme et d’homophobie semblent avoir été déterminantes. Christian Dauriac se serait brouillé avec de nombreuses personnes à la RTBF. Il était décrié en interne pour sa gestion d’équipe, décrite comme méprisante et autoritaire. Christian Dauriac nie ces accusations, et parle de coup monté. Ce vendredi, il a tenu une conférence de presse pendant laquelle il a annoncé qu’il comptait porter plainte au pénal pour faux et usage de faux, ainsi que pour usurpation d’identité.

►A lire : Un mail accable Christian Dauriac

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une