Les piercings de l’extrême (photos)

Âmes sensibles s’abstenir. Végétarisme et pratiques extrêmes de piercing sont réunis à l’occasion d’un étrange et sanglant festival qui se tient jusqu’à mercredi en Thaïlande et fait la part belle aux mutilations expiatoires.

Temps de lecture: 2 min

Le Festival végétarien, organisé sur l’île touristique de Phuket (Thaïlande), voit défiler en procession des festivaliers qui se percent les joues à l’aide d’épées longue d’un mètre, de lances et d’épieux, afin de se purifier. Ce rituel, qui se répète depuis près de 200 ans, est essentiel pour l’importante minorité taoïste d’origine chinoise qui vit sur cette île du sud de la Thaïlande.

Selon la légende, tout a commencé en 1825 avec une troupe d’opéra chinois miraculeusement guérie de la peste grâce à un régime végétarien strict. Les piercings sont pratiqués par des volontaires du temple, qui transpercent les joues des dévots au moyen d’objets métalliques épais. Il peut même s’agir parfois de mitrailleuses !

À la nuit tombée, les festivaliers témoignent aussi de leur ferveur en courant pieds nus sur des charbons ardents. La plupart des participants sont des hommes, qui doivent s’abstenir de consommer de l’alcool et de toute relation sexuelle pendant la durée du festival.

Selon l’Autorité du tourisme de Thaïlande, le festival attire quelque 300.000 visiteurs supplémentaires à Phuket. La plupart sont des touristes asiatiques, des Malaisiens d’origine chinoise, mais aussi des Chinois ou des habitants de Singapour et Taïwan.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une