Benjamin Netanyahou: «Hitler ne voulait pas exterminer les Juifs» (vidéo)

Benjamin Netanyahou, le Premier ministre israélien, a fait un discours pour le moins étonnant à l’occasion du 37e congrès sioniste, qui a eu lieu le 20 octobre dernier à Jérusalem. Devant l’assemblée, il a déclaré que « Hitler ne voulait pas exterminer les Juifs d’Europe à l’époque, il voulait les expulser ».

Il impute la faute au Mufti de Jérusalem, Haj Amin al-Husseini, haut dirigeant musulman dans la Palestine qui aurait tenu un rôle central dans la solution finale. Selon Netanyahou, ce serait d’ailleurs lui qui aurait proposé à Hitler d’exterminer les Juifs lors d’un entretien qu’ils auraient eu à Berlin durant la Seconde Guerre mondiale, en octobre 1941.

« Haj Amin al-Husseini est allé voir Hitler en lui disant ‘Si vous les expulsez, ils vont tous venir ici (en Palestine)’. ‘Alors que dois-je faire avec eux ?’, a demandé Hitler. ‘Brulez-les !’, a-t-il répondu ».

► A lire sur Le Soir+ : Netanyahou ravive les plaies de l’Holocauste

Netanyahou se défend

Si le Premier ministre a évoqué le rôle de Haj Amin al-Husseini lors de son discours, c’est pour réfuter les accusations « historiquement mensongères » selon lesquelles Israël chercherait à détruire ou s’accaparer l’esplanade des Mosquées et la mosquée Al-Aqsa qui se trouvent à Jérusalem, écrit Belga.

«  Mon objectif n’était pas d’absoudre Hitler de sa responsabilité, mais de montrer qu’à cette époque-là, le père de la nation palestinienne (…) menait une campagne d’incitation systématique à l’extermination des juifs », a-t-il déclaré, cité dans un communiqué de ses services.

«  Malheureusement, (le mufti) Haj Amin al-Husseini est encore une figure respectée dans la société palestinienne, il apparaît dans les manuels scolaires (…) et l’incitation à la violence et à l’assassinat des juifs qui a commencé alors avec lui se poursuit (…) C’est la racine du problème », a-t-il ajouté.

« Une distorsion historique dangereuse »

Le chef de file de l’opposition et président du Parti travailliste, Isaac Herzog, a vivement critiqué les propos du Premier ministre israélien. « Ceci est une distorsion historique dangereuse et je demande à Netanyahou de corriger ses déclarations immédiatement, car elles minimisent l’Holocauste, le nazisme… et le rôle de Hitler dans le terrible désastre qu’a connu notre peuple », a-t-il déclaré sur sa page Facebook. « C’est une honte, a-t-il poursuivi. Un Premier ministre de l’Etat juif au service des négationnistes ? C’est une première ! Ce n’est pas la première fois que Netanyahou déforme des faits historiques. Mais c’est bien la première fois qu’il dit un mensonge d’une telle envergure ».

Si, d’après lui, le grand Mufti a effectivement « donné l’ordre de tuer le rabbin Herzog (le grand-père d’Isaac Herzog, ndlr) et qu’il a activement supporté Hitler », il rappelle toutefois qu’il « n’y a eu qu’un seul Hitler, celui qui a écrit le livre écoeurant Mein Kampf, en 1939 ». Il invite par ailleurs le Premier ministre israélien à s’excuser auprès des victimes de l’Holocauste.

Pour rappel, Haj Amin al-Husseini s’est réfugié en Allemagne en 1941, où il avait demandé à Hitler son soutien pour l’indépendance de la Palestine et des pays arabes, et ainsi empêcher la création d’un foyer juif. L’Etat d’Israël a été proclamé en 1948.

Le président palestinien Mahmoud Abbas n’a pas manqué de s’emparer de l’affaire : «  Le monde entier voit comment l’histoire est distordue et utilisée contre nous », a-t-il dit, les Israéliens utilisent «  leur histoire, les actes criminels qui leur ont été infligés » pour «  accuser Haj Amin al-Husseini au lieu d’Hitler ».

Voir la vidéo sur mobile

La vidéo de son discours a été publiée par le quotidien israélien Haaretz.