Les grèves sur le rail ont coûté 10 millions d’euros en 2014

Le patron de la SNCB Jo Cornu estime le coût des grèves en 2014 à 10 millions d’euros, c’est-à-dire de quoi payer 160 employés pendant un an. C’est ce qu’il a déclaré ce matin aux députés de la commission Infrastructure de la Chambre.

L’usager est nettement moins satisfait

« C’est négatif pour la perception de la clientèle et le développement de la société », a-t-il précisé. « Avec les grèves de novembre et décembre 2014, la ponctualité a baissé de 1,25%. Nous avons eu quatre fois plus de trains supprimés. Mais nous avons aussi eu une baisse importante de la satisfaction du client », explique-t-il sur la RTBF. « Nous étions sur un accroissement de la clientèle d’environ 1% par an. Après cette grève de 2014, la tendance est devenue négative. Nous avons plus ou moins rétabli la croissance au mois de juin. Nous avons donc souffert de ces grèves pendant près de 6 mois. En termes de résultats financiers, ces grèves nous ont coûté 10 millions de revenus, soit le salaire de 160 employés durant un an. »

En plus de ces coûts, Jo Cornu a notamment détaillé les prochains défis de l’entreprise pour les quatre prochaines années. Il a également abordé le plan stratégique de la ministre de la Mobilité Jacqueline Galant, et a demandé au gouvernement de pouvoir décider des tarifs de la SNCB.

Sur le même sujet
Économie et finances