Charles Michel: «Le droit de grève n’est pas absolu»

Le Premier ministre Charles Michel a appelé jeudi chacun à respecter les règles en vigueur dans un État de droit après les incidents survenus à Liège à la suite de l’action organisée par la FGTB. « Le droit de grève n’est pas absolu », a-t-il fait remarquer devant la Chambre.

« Le blocage d’une autoroute est interdit »

« La liberté de grève s’arrête là où commence la liberté de ceux qui veulent se rendre sans contrainte à leur travail, à l’école ou à l’hôpital », a déclaré M. Michel en réponse à des questions d’Aldo Carcaci (PP), Catherine Fonck (cdH), Jan Vercammen (N-VA) et Egbert Lachaert (Open Vld).

« Le blocage d’une autoroute est interdit  », a ajouté le Premier ministre qui a qualifié de « graves » les incidents de lundi. M. Michel a d’ailleurs présenté les condoléances de son gouvernement à la famille de la touriste danoise décédée dans un hôpital de la Cité ardente.

Les différents intervenants ont déploré l’action des grévistes qui ont bloqué l’autoroute. « Ce lundi, les choses ont été trop loin  », a affirmé Mme Fonck. Le PP a appelé le gouvernement à légiférer pour organiser le droit de grève et doter les syndicats de la personnalité juridique. « La FGTB doit pouvoir être poursuivie pénalement et civilement », a-t-il dit.