Viande et charcuterie cancérigènes: un «buzz toxique» pointé du doigt

Le sociologue Francesco Panese dénonce une communication alarmante de l’OMS et un manque de recul des médias.

Temps de lecture: 1 min

Au lendemain de la publication du rapport alarmiste de l’OMS sur la charcuterie et la viande, le sociologue Francesco Panese s’étonne de la communication de l’agence onusienne et du manque de recul des médias. Dans une interview à la Radio télévision suisse (RTS), il estime que l’annonce a rencontré un écho « disproportionné ».

Lire aussi : La charcuterie est cancérigène, la viande rouge « probablement » aussi

Il déplore la communication de l’OMS, mais également le manque de recul des médias. « On s’est adressé directement au lecteur, à l’auditeur, au consommateur, bref au citoyen-mangeur, pour finalement l’alarmer. Et ça, c’est une dérive », a-t-il dénoncé sur les ondes de la RTS.

Pour Francesco Panese, la recherche scientifique doit surtout chercher à identifier des risques et c’est ensuite aux organismes de santé publique de prendre des mesures en conséquence. Les autorités ont été court-circuitées, selon ce spécialiste de l’histoire de la médecine et de la santé publique.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une