Greenpeace: «Nos ministres feraient mieux de ne pas aller au sommet de Paris»

L’ONG reproche le manque de mesures prises par la Belgique.

Temps de lecture: 2 min

Greenpeace estime que les quatre ministres de l’environnement considèrent « la politique climatique comme un tableau Excel dans lequel quelques chiffres comptables apporteront la solution. » Pour l’ONG, « nos ministres feraient mieux de ne pas aller au sommet de Paris sur le climat » et d’ajouter que « s’ils ne veulent pas ridiculiser la Belgique, ils feraient mieux de rester chez eux. » Le principal reproche est le manque de mesures décisives.

« Notre pays, n’est même pas certain d’atteindre les faibles objectifs nationaux qui avaient été fixés par l’Union européenne pour lutter contre les changements climatiques d’ici 2020 », dénonce Greenpeace.

L’ONG revendique des mesures décisives, « une politique climatique ambitieuse, basée sur les énergies renouvelables. » Pour Greenpeace, l’attitude actuelle du gouvernement démontre également un profond mépris pour les millions de personnes dans le monde qui souffrent déjà des effets du changement climatique.

Ce week-end, les quatre ministres de l’environnement, Céline Fremault (CDH), Marie-Christine Marghem (fédéral, MR), Paul Furlan (Wallonie, PS) et Joke Schauvliege (Flandre. CD&V) trouvaient un accord sur les objectifs belges en matière de climat.

► Climat: après huit ans de négociations, enfin un accord intra-belge

Ce matin, la N-VA fustigeait l’accord estimant que la ministre flamande Joke Schauvlige avait outrepassé son mandat. Pour le parti flamand, la répartition de l’effort climatique n’est pas équilibrée.

► Accord sur le climat: la N-VA n’en veut pas

La 21e conférence de l’ONU sur les changements climatiques se tiendra 30 Novembre au 11 décembre.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une