Alex Vizorek: «Prouver par l’absurde qu’il ne faut pas inviter le FN»

L’humoriste belge a réagi à sa confrontation avec Gilbert Collard mardi matin sur France Inter.

Journaliste aux services Culture et Médias Temps de lecture: 3 min

La blague a tourné court pour Alex Vizorek. De son propre chef. Mardi matin, l’humoriste belge faisait face à Gilbert Collard, député du Gard et secrétaire général du Rassemblement Bleu Marine, allié du Front National, lequel s’est amusé à l’interrompre à chaque phrase. « Vous avez été encarté au PS 28 ans », «  Ah non, non » , rétorque le député. Ou encore : « En 2005 vous déclarez être radical, chiraquien et rejeter les extrêmes », « Et pourquoi pas Martien ? », répond l’intéressé.

Lire aussi : La chronique d’Alex Vizorek sabotée par Gilbert Collard

« Il y a un moment où il a saboté volontairement le truc », nous explique Alex Vizorek au téléphone, quelques heures après l’incident. « J’avais déjà eu Marine Le Pen, elle avait eu la décence de me laisser parler et puis après elle avait répondu. Ici, il m’a volontairement coupé la parole. Il m’a traité en débatteur, ce que je ne suis pas, plutôt qu’en humoriste ».

Si bien qu’après deux minutes trente de chronique, il décide de jeter l’éponge. «  Bon, c’est terminé, on estimera que c’est de la censure » , lance-t-il alors en direct sous les rires de Gilbert Collard. « On ne peut pas travailler dans ces conditions, c’est le problème du Front national. Mais je vous aime beaucoup  », a-t-il ajouté pince-sans-rire.

« Il n’a pas joué le jeu. Donc à un moment, s’il ne veut pas jouer le jeu, moi non plus. Et quelque part, je me suis dit, mais sans vouloir créer le buzz, voilà un acte de radio qui est fort. Il ne me laisse pas parler, et bien je ne parle pas. Et j’espère ainsi démontrer aux Français que le Front National, c’est de cela qu’il s’agit. J’espère avoir prouvé par l’absurde qu’il ne faut pas inviter le FN dans les médias ».

La question de la présence du Front National dans les médias hexagonaux avait de nouveau été débattue la semaine dernière avec la présence annoncée de Marine Le Pen comme invitée principale de « Des Paroles et des Actes » sur France 2 pour la cinquième fois (un record pour l’émission) avant que, devant la controverse générée, elle n’annule sa venue en dernière minute, refusant de prendre part à cette « véritable mascarade ».

Lire aussi : Marine Le Pen refuse de débattre avec un invité, France 2 cède

« En Belgique, les choses sont plus claires, enchérit Vizorek. Si on doit retenir quelque chose de cet épisode avec Gilbert Collard, c’est cette métaphore du traitement trop complaisant du FN dans les médias en France. Mais je le répète, mon geste n’était pas prémédité ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une