Poutine ordonne de suspendre les vols russes vers l’Egypte

Le groupe djihadiste Etat islamique (EI) a affirmé avoir provoqué le crash d’un Airbus dans le Sinaï égyptien le 31 octobre dernier.

Temps de lecture: 3 min

Le président russe Vladimir Poutine a ordonné vendredi la suspension des vols des compagnies aériennes russes vers l’Egypte, sur recommandation des services secrets, après le crash de l’Airbus de la compagnie Metrojet dans le Sinaï, qui a fait 224 morts samedi.

«Le chef d’Etat russe a accepté les recommandations» du chef des services secrets russes (FSB), Alexandre Bortnikov, et «ordonné au gouvernement d’élaborer les mécanismes permettant de mettre en place ces recommandations», a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par l’agence publique Ria-Novosti.

M. Bortnikov a recommandé vendredi la suspension des vols civils russes vers l’Egypte, lors d’une réunion du Comité national antiterroriste. «Je considère qu’il est nécessaire de suspendre les vols russes vers l’Egypte jusqu’à ce que nous puissions établir les vraies raisons de ce qui s’est passé», a-t-il déclaré, cité par la télévision russe.

Le groupe djihadiste Etat islamique (EI) a affirmé avoir provoqué le crash.

Tous les vols concernés

Il s’agit «en premier lieu» des vols liés au «tourisme», a indiqué M. Bortnikov. La suspension «concerne tous les vols vers l’Egypte», a précisé pour sa part M. Peskov.

«Les vols seront suspendus jusqu’à ce que la Russie et l’Egypte réussissent ensemble à assurer un niveau de sécurité approprié» pour la reprise des liaisons aériennes, a-t-il souligné.

Le président Poutine a également chargé le gouvernement d’«assurer le rapatriement des citoyens russes» actuellement en Egypte, selon M. Peskov, alors que ce pays est l’une des destinations privilégiées des touristes russes. «C’est une mesure de prévention. Il s’agit de la sécurité de nos citoyens», a expliqué le porte-parole.

Environ 45.000 touristes russes se trouvent actuellement en Egypte, dont presque la moitié à Charm el-Cheikh, selon le chef de l’Agence fédérale de tourisme russe (Rostourisme), Oleg Safonov, cité par l’agence officielle TASS.

Le crash de l’Airbus A321 de la compagnie russe Metrojet, en provenance de Charm el-Cheikh, dans le Sinaï égyptien a fait 224 morts le 31 octobre. Il s’agit de la pire catastrophe aérienne ayant jamais frappé la Russie. L’hypothèse d’une bombe à bord a été évoquée par Washington et Londres mais qualifiée de «spéculation» par Moscou.

La piste d’un accident pas exclue

La décision de la Russie de suspendre ses vols vers l’Egypte «ne signifie pas» que Moscou soutient l’hypothèse d’une bombe à bord, a souligné M. Peskov. «Aucune des pistes (examinées par les enquêteurs, ndlr) ne peut prévaloir» pour l’heure, a-t-il insisté.

De son côté, le ministre russe des Situations d’urgence, Vladimir Poutchkov, a annoncé vendredi que les experts russes déployés sur le site du crash en Egypte avaient prélevé des échantillons de surface sur «tous les fragments de l’avion, des bagages et des cargaisons (...) qui pourraient éventuellement contenir des traces d’explosifs».

«Ces échantillons ont été transportés à Moscou et sont en train d’être examinés (...). S’il y a vraiment des traces d’explosifs, ils seront sûrement détectées», a-t-il déclaré, cité par l’agence TASS.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une