Idée resto : L’Ancienne Poissonnerie

La cuisine y est italienne. On la qualifiera de correcte, assumée, en se disant aussi que si on osait un minimum pousser le curseur vers le haut, on tiendrait ici un incontournable.

On y mange bien : Calamari alla plancha (15,50 €) en entrée, puis spaghetti alle vongole veraci in bianco (16 €) pour suivre… Produits frais, cuissons maîtrisées, dosages équilibrés en épices et une addition correcte. L’arrivée récente d’un jeune chef italien, Mario Coppola, semble tirer les choses vers le haut. Il pourrait, qui sait, écarter avec le temps les accents fusion de la carte comme ce plat associant pappardelle, vanille et double crème que nous avons du mal à imaginer en bouche.

Ce plat fait partie de l’histoire de la maison, répond la patronne, et les clients le réclament… Entre gens d’éducation gourmande, peut-on tolérer par exemple qu’une délicate assiette de cèpes soit (même discrètement) chargée d’arômes d’huile à la truffe ? On pardonne tout car le reste de la carte a belle allure :carpaccio di coda di rospo alla puttanesca (carpaccio de lotte) impeccable, tout comme les paccheri salsiccia e pecorino ou encore une délicieuse taglia di Angus, rucola e parmigiano (24 €).

La carte des vins est un peu dans la même expression. Elle est évidemment italienne, assurée par la Maison Licata, un des meilleurs importateurs sur le marché belge. De grands domaines apparus à l’époque, aujourd’hui considérés comme classiques. Comme pour les plats, on a l’impression que les propositions pourraient être un cran plus ambitieuses. On y lit sur la carte souvent des domaines d’entrée de gamme dans des appellations réputées. On citera le brunello de chez Altesino, une bouteille à prix correct (95 € le 2013), ou le pinot grigio de l’Azienda Allegrini (32 € le 2013).

L’Ancienne Poissonnerie, 65 rue du Trône, T. 02 502 75 05, www.anciennepoissonerie.be, ouvert du lundi au vendredi de 12 h à 15 h et de 19 h à 23 h, et le samedi de 19 h à 23 h.

Sur le même sujet
Économie et finances