«Printemps féministe» au Brésil pour défendre l’avortement

Temps de lecture: 1 min

Furieuses, les Brésiliennes ont pris d’assaut les rues du pays pour protester contre une proposition de loi obligeant les femmes violées à prouver la violence sexuelle pour pouvoir avorter légalement. À l’initiative du très controversé président de la Chambre des députés, l’évangélique, Eduardo Cunha, la proposition oblige les femmes à se soumettre à des examens médicaux après le viol, ce qui n’est pas nécessaire jusqu’à présent.

Elle transforme aussi en délit le fait d’aider ou d’encourager une femme à avorter et restreint la définition de violence sexuelle aux cas où il y a eu dommages physiques et psychologiques constatés. Aux cris de « Dehors Cunha ! » et « Avortement légal tout de suite ! », des milliers de femmes sont descendues dans les rues de Rio, Sao Paulo et Brasilia ces derniers jours pour s’opposer au projet et pour que M. Cunha, accusé de corruption présumée dans le scandale Petrobras, renonce à la présidence de la chambre.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une