Le bouchon de Lanaye a sauté

Cela faisait plus d’une génération qu’on entendait sans cesse cette phrase dans la bouche de nos hommes politiques liégeois : «  il faut faire sauter le bouchon de Lanaye ! »

L’écluse de Lanaye permet en effet aux bateaux venant de Liège ou d’Anvers de poursuivre leur route vers les Pays-Bas et l’Allemagne, en rattrapant les 14 mètres de différence de niveau d’eau entre le canal Albert et la Meuse. Mais jusqu’à présent, la 3e (et plus grosse écluse) ne permettait qu’à des bateaux de 2.000 tonnes maximum de passer.

« Et bien, aujourd’hui, explique le ministre Jean-Claude Marcourt, cette capacité est quadruplée puisqu’elle est portée à 9.000 tonnes ! Et il faut à peine 20 minutes pour vider ou remplir cette quatrième écluse, longue de 225 mètres et large de 25. »

Conséquence : c’est la fin des longues files d’attente pour les bateaux et c’est la promesse d’augmenter sensiblement le trafic fluvial entre Liège et l’océan. « On sait qu’Anvers et Rotterdam, les deux plus grands ports de mer d’Europe, sont saturés, reprend le ministre-président Paul Magnette. Ils ont besoin d’évacuer leurs conteneurs rapidement pour faire place à d’autres. Et le port de Liège est le mieux placé pour assurer ce rôle. »

Il faut donc s’attendre à voir arriver un grand nombre de bateaux qui viendront décharger leurs conteneurs sur la nouvelle plate-forme logistique du Trilogiport.

« Une nouvelle activité qui devrait à coup sûr générer 2.000 emplois nouveaux à Hermalle, se réjouit Jean-Claude Marcourt. Et sans doute deux fois plus auprès de leurs sous-traitants. »

Une cellule emploi est d’ores et déjà en place auprès de l’ASBL Basse-Meuse Développement afin de répondre à la prochaine demande des entreprises. Des emplois peu qualifiés (comme des débardeurs ou des conducteurs) qui font justement cruellement défaut en région liégeoise. « A peine ouverte, la cellule a déjà reçu plus de 350 demandes », confirme Frédéric Daerden, le bourgmestre de Herstal, venu en voisin.

Et si le transport fluvial s’améliore, c’est tout bénéfice pour nos routes. « Grâce aux 200.000 conteneurs qui pourront être transportés par bateau, puis par train grâce à cette nouvelle écluse et au Trilogiport, ajoute tout fier Maxime Prévot, le ministre wallon des Travaux publics, ce seront 150.000 trajets de camions qui seront épargnés sur nos routes entre Anvers et Liège. Cela représente moins de pollution et plus de sécurité routière. »

Ces investissements publics ont bien sûr un coût (153 millions pour l’écluse et 55 millions pour le Trilogiport), on espère qu’ils généreront à terme encore beaucoup plus de bénéfices.