Chimay expérimente le vieillissement en barriques pour une de ses bières

Certains brasseurs belges n'ont jamais délaissé le bois, notamment ceux produisant de la gueuze ou des bières à fermentation mixte comme les rouges brunes flamandes. Mais dans l'ensemble du secteur en Belgique, le retour en grâce de cette technique s'est opéré il y a une dizaine d'années, pour les acteurs les plus précoces. Les trappistes de Chimay ont désormais leurs propres fûts en chêne, neufs, d'origine française (Bourgogne) et américaine. Une cinquantaine de fûts ont ainsi été acquis, chacun d'une contenance de 250 litres, représentant un investissement de quelque 35.000 euros. La Chimay bleue, une brune puissante dont le profil se prête bien à un séjour prolongé en foudres, y a vieilli pendant près de 6 mois avant d'être soutirée en bouteilles bordelaises de 75cl, dont le design s'inspire des premières bouteilles proposées par l'abbaye, précise-t-on chez Bières de Chimay. L'édition sera répétée à l'avenir avec des types de barriques différents en fonction du bois (châtaigner...) ou de l'état du fût (vierge ou ayant contenu l'un ou l'autre spiritueux). "Il s'agira pour notre équipe de travailler sur les assemblages et suivre l'évolution du goût de la bière ainsi refermentée. Mais cela doit rester de la Chimay bleue. Il ne s'agit pas d'un nouveau produit en tant que tel", a précisé Jérôme Goffinet, porte-parole de Bières de Chimay. Si la communauté trappiste hennuyère est la première en Belgique à amorcer ce retour aux sources, les moines néerlandais de l'abbaye de La Trappe à Koningshoeven proposent depuis 2009 une version de leur Quadrupel vieillie en fût de chêne. La Chimay bleue, fer de lance de Bières de Chimay et représentant à elle seule quelque 50% de la production de la brasserie, se consommera en outre également à la pompe en cette fin d'année dans quelque 200 établissements horeca en Belgique. Cette version saisonnière sera disponible à cette période chaque année.