Marc Wilmots au Soir: «Rester au moins six ou sept ans dans le top 10» (vidéo)

Le sélectionneur fédéral a répondu à vos questions.

Chef de service adjoint Sports et chef de la cellule foot Temps de lecture: 4 min

Après l’annulation du match Belgique-Espagne, Marc Wilmots est l’invité de la rédaction du Soir ce jeudi alors que les Diables rouges sont assurés de terminer l’année à la première place mondiale du classement Fifa. L’occasion pour lui d’aborder sans tabou tous les sujets qui ont émaillé l’année 2015 : gestion à la Fédération, le jeu des Diables, la qualification pour l’Euro 2016…

Le sélectionneur fédéral a profité de son passage en nos locaux pour répondre en direct vidéo à vos questions.

Sur les attentats de Paris  : « Je ne crois pas que les gens qui partent soient capables de se réintégrer après. Mais il faut surtout penser aux gens qui ne sont pas partis, qui restent ici. (…) Ce n’est pas notre but d’incarner le vivre-ensemble. On regroupe des Belges talentueux, des ambassadeurs de notre métier à l’étranger. Le sport est une bonne plateforme ».

Sur le sport et la société  : « La multiculturalité fait partie de notre société, on l’a bien intégré. Le sport reste un vecteur fort de la société. Le sport est une forme de nouvelle famille. Il aide à l’intégration. J’ai encore envie de permettre aux jeunes d’accéder au sport, malgré le haut prix. Sortir les jeunes des rues par le sport, car même les plus petits clubs sportifs amènent quelque chose ».

Sur les qualifications pour l’Euro  : « Ce qui m’ennuie dans ce système, c’est que le premier et le deuxième passent, même le troisième. Il y a toujours un rattrapage. Et donc c’est parfois dur de motiver les joueurs ».

Sur les Diables  : « Si on m’avait dit, il y a trois ans, qu’on serait numéro 1, je n’y aurai pas cru. C’est incroyable. Avec le temps, on obtient le respect des autres pays internationaux. Les jeunes joueurs à l’époque ont avancé beaucoup plus vite que prévu. (…) 90 minutes ce n’est rien, ça va vite. Pour la Belgique, si on peut rester six sept ans dans le top 10, ce serait parfait ».

Sur Fellaini  : « Un joueur qui ne joue pas c’est embêtant pour un entraîneur. Fellaini pourrait monter en soutien d’attaque. Il pourrait jouer en six tout seul. Il a une très bonne technique, il a une bonne capacité de course et de récupération. A lui de voir s’il veut tenter un nouveau défi en janvier, s’il a des possibilités. »

Sur les buteurs en équipe nationale  : « Moi, mon buteur, il ne doit pas spécialement toujours marquer. Ce qui est important, c’est qu’il améliore le collectif. Je préfère avoir cinq, six joueurs qui peuvent marquer. Que le danger vienne de partout. »

Sur le nouveau maillot extérieur  : « Niveau maillots, je n’ai aucun pouvoir de décision. Je ne contrôle pas le marketing ou la communication des Diables. Il y a un an, j’ai dit que je n’étais pas d’accord de faire ce maillot. Chacun a son avis sur le maillot. Pour moi, il a quand même un air de cycliste ».

Sur l’Euro 2016  : « Dire qu’on va gagner un tournoi, c’est une connerie. Mais on peut en avoir l’intention… (…) Dans un tournoi, tout peut tourner très vite. Regardez l’Espagne au Mondial ».

Sur les adversaires potentiels  : « Les plus dangereux ? L’Italie pour commencer. La République Tchèque aussi. La Turquie également. La Pologne aussi. On espère, surtout, nous, avoir peu de blessés ».

Sur les critiques à son encontre  : « Ce n’est que quelques personnes en particulier. Mais quand je revois tous les Belges, les enfants, sortir dans les rues pour fêter la victoire des Diables. Ce genre de critiques ne me touche pas parce que je sais d’où elles viennent. Le seul problème est que je ne partage jamais mes stratégies et ça fait mal à la presse. J’ai mis toute la presse sur un même pied d’égalité, et ça ne plaît pas à tout le monde. »

Sur son avenir  : « J’envisage de créer une fondation pour les jeunes et le sport. Pour rassembler les gens et non les diviser. A long terme et à l’échelle du pays. J’ai déjà beaucoup de gens qui veulent m’aider ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une