Charles Michel à la Chambre: «Le fanatisme est un poison, rassemblons-nous!»

Revoir le discours de Charles Michel à la Chambre sur mobile

C’est l’heure de l’unité nationale. À la tribune, Charles Michel a livré son message devant les députés de toutes les formations politiques après les attentats à Paris, des tueries « exécutées par des cellules franco-belges  .

« Le fanatisme est un poison »

Le Premier ministre avance : « Dépassons nos différences, réunissons-nous, plus que jamais, nous devons nous rassembler derrière nos valeurs universelles fondamentales, le respect de l’autre, la tolérance… ».

Charles Michel évoque le « combat des démocrates » contre les « ennemis de la liberté », cela tout en préservant « l’État de droit », c’est « le devoir des démocrates ». Les applaudissements retentissent sur tous les bancs, dans la majorité, dans l’opposition. C’est le premier acte de ce rassemblement au parlement fédéral. Charles Michel appuie : « Le fanatisme, le racisme, est un poison, un poison qui vise à diviser, déchirer, détruire ! ».

Et le Premier de poursuivre sous les applaudissements : « Les djihadistes qui rentrent : leur place est dans les prisons ».

« Je n’accepte pas les critiques »

Charles Michel a rappelé avoir témoigné auprès du président français François Hollande du soutien absolu des autorités belges dans la lutte contre le terrorisme. «  Aussi, je n’accepte pas les critiques visant à dénigrer nos services de sécurité qui font un travail difficile et tenace. Je veux remercier avec vous, nos policiers, nos agents de renseignement, nos magistrats, nos enquêteurs pour leur courage et leur mobilisation. Hier, à Saint-Denis, un attentat a été empêché notamment par des informations fournies par des équipes belges », a tonné le Premier ministre, très largement applaudi dans l’hémicycle de la Chambre tout au long de son discours.

« Nous sommes debout et nous allons avancer »

Charles Michel a conclu son discours avec des mots forts : « Il y aura probablement d’autres attentats, d’autres tragédies, mais nous ne céderons pas. Ni à la panique, ni aux déchirures entre nous, ni à l’esprit de vengeance. Nous allons agir avec dignité, avec une volonté implacable. Nous porterons les valeurs universelles. Nous sommes debout et nous allons avancer ».

Financement de Daech : Laaouej veut réunir la commission des Finances

Nerf de la guerre : l’argent de Daech. Le Premier ministre a évoqué la problématique dans son discours à la Chambre. En marge des débats, Ahmed Laaouej (PS), avec le soutien notamment d’Eric Van Rompuy (CD&V), précise qu’il souhaite voir se réunir rapidement la commission des Finances afin de procéder à une série d’auditions à ce sujet : la CTIF (Celliule de traitement des informations financières), le SPF Finances, un représentant du parquet, entre autres, cela afin de vérifier si les dispositifs de contrôle sont suffisants, et protègent contre les filières de financement à Daech, s’agissant par exemple du blanchiment. Sur le registre, Stephane Crusnière porte une proposition de loi visant à ouvrir un canal d’information permanent entre la CTIF et les services de renseignement de l’Etat.

Olivier Maingain n’épargne pas la N-VA, « qui choisit Zemmour ! »

Le président de Défi (ex-FDF) a ciblé la N-VA dans son intervention à la Chambre : « Pointer comme vous le faites une seule commune, Molenbeek, c’est inacceptable. Il va falloir choisir au sen de la majorité. soit vous êtes dans le camp d’Eric Zemmour, soit vous êtes dans le camp de la population de Molenbeek ! On ne peut pas être des deux côtés à la fois ». Olivier Maingain ponctue : « Nombre de jihadistes belges sont originaires d’Anvers, de Malines et moi, je n’incriminerai pas pour autant les bourgmestres de ces villes ! »

Hedebouw : « Et l’Arabie saoudite ? »

Pour le PTB, Raoul Hedebouw soutient le principe de l’« unité nationale », mais précise : « N’éludons un débat serein et vrai sur les mesures à prendre, nous avons vu où l’absence de toute discussion a mené les Etats-Unis après les attentats du 11 septembre. Raoul Hedebouw encore : « Il faudra aussi toucher au problème fondamental : le financement de Daech, qui permet sa montée en puissance ». Le porte-parole du PTB vise l’Arabie saoudite. « On fait du buziness avec eux, ils investissent au port d’Anvers ! »

Charles Michel : « Merci ! »

Le Premier ministre a conclu la matinée de débat, brièvement : « Je voudrais tous vous remercier pour vos messages forts. Avec des mots différents, nous avons donné finalement un message clair, net, voulant porter haut les valeurs universelles de liberté. J’appelle l’ensemble des parlementaires et des démocrates à se rassembler. En avant !, au travail ! »

Voici les 18 mesures du gouvernement

Le Premier ministre a détaillé les mesures en matière de sécurité qui seront mises en œuvre par le gouvernement après la nouvelle vague d’attentats, lesquelles doivent, en principe, réunir les forces politiques et l’ensemble des parlementaires.

1. 400 millions d’euros pour la sécurité

« Le gouvernement a choisi de prendre une décision forte, d’adresser un signal fort : une enveloppe supplémentaire de 400 millions d’euros est mobilisée dans le budget 2016 pour renforcer la sécurité », déclare Charles Michel.

2. Renforcement des contrôles policiers aux frontières

3. Déploiement de 520 militaires pour renforcer la sécurité

4 La révision du code d’instruction criminelle

De nouvelles technologies pour les services de renseignement (empreintes vocales, élargissement écoutes téléphoniques notamment trafic d’armes)

5. Révision de la Constitution

Une garde à vue de 72 heures pour les actes de terrorisme au lieu de 24 heures.

6. Des perquisitions 24h sur 24h pour les infractions terroristes

Ce sera la fin de l’exception interdisant les perquisitions entre 21 heures et 5 heures du matin.

7. Foreign fighters : privation de liberté

Tous les combattants revenant de l’étranger devront aller en prison à leur retour en Belgique.

9. Un bracelet électronique pour les personnes fichées

Les personnes fichées par les services d’analyse de la menace devront porter un bracelet électronique.

9. PNR belge : enregistrement des données de tous les passagers dans les transports

Sans attendre le projet européen, la Belgique appliquera le contrôle systématique de l’enregistrement de tous les passagers dans les transports (avions et trains à grande vitesse).

10. Exclusion des prédicateurs de haine

Les prédicateurs qui prêchent la haine seront assignés à résidence, privé de liberté ou expulsés

11. Démantèlement des lieux de culte non reconnus qui diffusent le djihadisme

12. Fin de l’anonymat pour les cartes pré-payées

13. Un plan Molenbeek – prévention et répression

14. Renforcement du screening pour l’accès aux emplois sensibles

15. Extension du réseau de caméras de reconnaissance des plaques minéralogiques

16. Fermeture des sites internet prêchant la haine

17. Evaluation en vue d’une adaptation des législations en lien avec l’état d’urgence

Il sera possible de lever des mesures temporaires et exceptionnelles garantissant la sécurité publique.

18. Participation sur la scène internationale à la lutte contre Daesch

« Nous devons éradiquer ce mouvement terroriste », a déclaré le Premier.