Menace terroriste: les banquiers se préparent au télétravail

Les banques belges s’organisent pour laisser le plus grand nombre de leurs collaborateurs au travail à domicile ce lundi, à tous le moins ceux qui travaillent habituellement à Bruxelles.

Rédacteur en chef adjoint et chef du service Monde Temps de lecture: 2 min

Les banques belges s’organisent pour laisser le plus grand nombre de leurs collaborateurs au travail à domicile ce lundi, à tous le moins ceux qui travaillent habituellement à Bruxelles.

C’est qu’il y a du monde à prévenir, une logistique importante à mettre en branle au cas où le niveau resterait maintenu à 4… Quelque 6.000 personnes travaillent chez BNP Paribas Fortis, entre 4.000 et 5.000 chez ING et à peu près autant chez Belfius (4500).

« Les réunions s’enchaînent  », nous confie une source bien informée. « Tout le monde se prépare à la manière dont on va organiser le travail demain. Les seniors managers ont d’ores et déjà été prévenus que la direction de la banque œuvrait à l’organisation du travail en fonction du maintien ou pas du niveau d’alerte à Bruxelles. Différentes possibilités s’offrent à nous, mais même si le niveau d’alerte est revu à la baisse, il est évident qu’il y aura une certaine marge de tolérance par rapport à d’éventuelles demandes de travail à domicile. Une banque est aussi humaine  », lance notre interlocuteur.

Chez Belfius, on confirme que «  le même plan de travail est sur la table. On a d’ores et déjà prévenu tous nos collaborateurs – ils sont environ 4500 sur le site à Bruxelles –, ils pouvaient travailler à domicile. » Chez KBC, même son de cloche: le groupe a envoyé un message à ces collaborateurs qui normalement travaillent à Bruxelles, de travailler ailleurs ou à domicile demain.

Toutes nos informations à lire sur Le Soir+

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une