Theo Francken aux Afghans: ne venez pas en Belgique

Après le courrier aux Irakiens, un message aux Afghans… Début octobre, Theo Francken avait adressé un courrier aux Irakiens, pour les dissuader de venir demander l’asile en Belgique. Depuis vendredi, le secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration (N-VA) entreprend une campagne similaire, adressée cette fois aux Afghans, et diffusée sur Facebook.

La nouvelle lettre de Theo Francken est limpide : les Afghans ont peu de chances d’obtenir l’asile en Belgique. « Les autorités belges chargées de l’asile ont décidé, sur base de la situation actuelle en Afghanistan, qu’il n’était pas nécessaire d’accorder un statut de protection à tous les citoyens afghans. Chaque demande d’asile sera étudiée selon ses propres mérites. Certains demandeurs bénéficieront d’un statut de protection, d’autres pas », indique le texte, signé par le secrétaire d’Etat.

Notons que, depuis début 2015, les Afghans figurent en cinquième position dans le classement des nationalités qui ont bénéficié en Belgique du statut de réfugiés. Et de la première position, en ce qui concerne la protection subsidiaire.

La campagne de dissuasion de Theo Francken a été lancée vendredi, sur une page Facebook qui porte le nom de l’Office des étrangers (Belgian Immigration Office). Jusqu’à présent, un seul message a été diffusé, mais il l’a été à plusieurs reprises. Il est écrit en trois langues : en anglais, en dari et en pachtoune.

Objectif : « Donner une information objective » de la Belgique

Si l’objectif du texte de Theo Francken est, comme l’explique l’Office des étrangers, de « donner une information objective sur la situation telle qu’elle est en Belgique », le secrétaire d’Etat n’y va pas par quatre chemins : « Payer des passeurs pour vous emmener en Europe est une perte d’argent et de temps. Cela vous amènera, vous et ceux que vous aimez, dans des situations très dangereuses – et ce sans aucune garantie de succès. N’espérez rien des fausses promesses des passeurs et des réseaux sociaux ! »

Mais encore : « Le gouvernement belge peut et va refuser d’évaluer votre demande d’asile lorsque vos empreintes ont été enregistrées dans une autre Etat membre de l’Europe. »

Le texte aborde ensuite la question des retours volontaires, ainsi que les ordres de quitter le territoire, qui sont donnés aux personnes dont la demande d’asile a été refusée par le CGRA (Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides). Comme la lettre de Theo Francken le précise, les personnes refoulées bénéficient de trente jours pour quitter la Belgique.

Mais cette information, factuelle, prend une tout autre dimension lorsqu’elle est lue au regard des photos qui ont été mises en ligne sur cette page Facebook… On y voit des longues files de demandeurs d’asile devant l’Office des étrangers. Mais aussi plusieurs scènes où des personnes, des hommes surtout, sont menottées et montent dans un avion et qui – on le suppose, il n’y a pas de légende – sont renvoyées dans leur pays d’origine.

Du côté du cabinet de Theo Francken, on temporise : « C’est important que les Afghans soient bien informés avant de quitter leur pays. Le but est qu’ils connaissent les conditions de l’asile en Belgique. Il faut informer les gens correctement. La campagne est similaire à celle que nous avions faite pour les Irakiens – dont le bilan était positif. Le nombre de demandes a diminué, et il y a eu un grand nombre de retours volontaires chez les Irakiens. »

Katrien Jansseune, la porte-parole de Theo Francken, a insisté mercredi soir sur le fait que le choix des photos était celui de l’Office des étrangers. Mais une heure après la publication de notre article sur notre site, toutes les photos avaient été remplacées et montrent la construction de tentes pour accueillir des réfugiés...