Le Spiegel supprime 150 postes et rend payant une partie de son site

Le groupe Der Spiegel, dont dépend l’hebdomadaire allemand du même nom, va supprimer 150 postes d’ici fin 2017 et rendre partiellement payant son site internet, espérant économiser quelque 16 millions d’euros par an, a-t-il annoncé mardi. Les suppressions de postes, réparties entre la rédaction, la documentation et l’édition, représentent plus du cinquième des effectifs du groupe de Hambourg (nord), qui compte actuellement 727 salariés.

Elles font partie d’une centaine de mesures, mêlant « optimisation des processus de travail, externalisation d’activités et réduction de services », visant à dégager 16 millions d’euros d’économies dont 6,4 millions pour la seule rédaction, explique le groupe. Le Spiegel va par ailleurs lancer d’ici l’été 2016 un nouveau projet sur des versions régionales, déjà en cours d’expérimentation, une application mobile améliorée, un quotidien numérique et surtout une offre payante en ligne.