Christine Defraigne: «La ‘moureauïsation’ de Liège, c’est non!»

Pour l’élue libérale, on ne peut séduire des électeurs « en mettant en péril les valeurs des Lumières ».

Temps de lecture: 4 min

Christine Defraigne, la cheffe de groupe libérale à Liège, répond à nos questions.

Vous réclamez au MR la mise en place d’une commission sécurité au sein du conseil communal de Liège. Concrètement, que voulez-vous ?

Nous demandons, effectivement, une commission spéciale, axée sur cette thématique de la sécurité, qui comprendrait aussi les volets « radicalisme » et « antiterrorisme ». Trop de questions se posent dans le contexte actuel. Y a-t-il du personnel radicalisé au sein de la Ville de Liège ? Ce personnel a-t-il encore sa place à la Ville ? Quel est le suivi qui est mis en place ? Quels sont les contacts avec la Sûreté de l’État, la police fédérale, le parquet ? Quid de la question des prêches radicaux, des enfants déscolarisés mis dans un centre coranique ? On doit avoir des réponses. Nous souhaitons un état des lieux complet. Je ne veux pas être alarmiste, loin de là, mais il faut aussi oser dire que nous avons des problèmes sur notre territoire.

Mais il est logique d’avoir une certaine discrétion sur ces matières, non ?

Bien évidemment ! On ne demande pas des infos classées « secret défense » ni celles où il y a une procédure judiciaire en cours. Mais c’est aussi le rôle du conseil de savoir certains faits et de pouvoir en débattre.

Vous estimez ne pas être suffisamment informée ?

Il est quand même curieux que ça soit via l’ambassade américaine que l’on apprenne qu’il y a du personnel communal soupçonné de s’être radicalisé ! Ce n’est pas acceptable qu’il faille une telle occasion pour apprendre un aussi grave problème.

À propos du Curtius, il y a des employés là-bas qui prient durant les heures de travail, parfois même dans une « salle de prière », cela vous choque ?

J’ai découvert cela en lisant la presse. Visiblement, ce problème était connu des autorités communales, mais ça ne nous a pas été communiqué, encore une fois. Alors, sur le fond, c’est très grave et ça ne doit en aucun cas être minimisé. Plusieurs questions doivent être posées. Comment ces agents sont-ils engagés ? Sont-ils contractuels ou statutaires ? Si ce sont des contractuels, et bien ils ne peuvent rester une seconde de plus. Si ce sont des statutaires, des poursuites disciplinaires pourraient être engagées. Le lieu de travail n’est pas un lieu de culte ! Au travail, on travaille. La religion est affaire privée.

Qu’attendez-vous des autorités ?

Je suis en colère et déçue. Je ne comprends pas ce laxisme et je ne veux pas que Liège soit en voie de « moureauïsation ». Il est temps de mettre le holà. Des prières pendant les heures de service aux toilettes, dans le réfectoire ou dans une pièce spécifique, ce n’est pas tolérable dans un organe public, financé par le public et accessible au public. Le bourgmestre doit remettre de l’ordre là-dedans. Vous savez, Philippe Moureaux à Molenbeek n’a jamais été innocent dans ses démarches…

Peut-on parler de communautarisme dans le chef de certains élus ?

Je ne veux pas stigmatiser certains partis. Mais je veux par contre rappeler qu’on ne peut pas essayer de séduire des électeurs en mettant en péril nos valeurs constitutionnelles, les valeurs des Lumières. On ne peut pas tout brader pour flatter un certain électorat. Et puis, qui peut me garantir que ce phénomène n’existe pas ailleurs au sein de la Ville de Liège ? D’où ma demande au bourgmestre d’une très forte réaction. J’aimerais aussi que les élus, peu importe le parti politique, qui sont proches des diverses communautés, prennent également position.

Faut-il inscrire la neutralité ou la laïcité de l’État dans la Constitution ?

Il faut cette discussion le plus rapidement possible. Alors, entre « neutralité » et « laïcité », il y a une querelle de juristes pour le sens du mot. Ce qui importera, au final, c’est définir le contenu du terme choisi, si je puis dire ainsi. Mais oui, il faut inscrire noir sur blanc la neutralité de l’État dans la Constitution.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une