Mons: le Mundaneum se dévoile sur tablette

Imaginez Paul Otlet en mode Hipster, qui vous dévoilerait sur une tablette numérique, les secrets de fabrication de son Google de papier. Avec « Mundaneum Web 1895 », les gamers prennent possession du musée de la doc’, installé à l’ancien magasin de l’Indépendance, rue de Nimy à Mons. Pour apprendre le principe de la CDU, classification décimale universelle, ou de la RBU, répertoire bibliographique universel…, laissez-vous guider par la tablette : vous arpenterez les rayons du Mundaneum en cherchant les indices qui vous permettront de devenir un as de la classification. Ce serious game s’adapte à tous les âges. En famille ou en atelier scolaire, les jeunes dès dix ans trouveront passionnant d’assembler des puzzles digitaux. Les ados et les étudiants reconstitueront le mode de classement des 12 millions de fiches qui dorment dans leurs tiroirs, classés universellement… et trouveront l’information de fond sur le sujet.

Par géolocalisation, on évolue dans le jeu en positionnant la tablette dans les recoins ad hoc du musée. Paul Oltet, le hipster sympa, vous attribue des points au gré de vos bonnes réponses, fournies à temps. A ce stade du test auprès du public, Mundaneum Web 1895, en conception depuis 2012, fonctionne à partir de cinq fiches à retrouver dans les tiroirs, triées selon la CDU. Elles concernent : le droit pénal, les infestations pathologiques, une exposition internationale d’électricité, le salaire et l’épargne de la femme mariée et les tests mentaux chez les enfants. « Rien que le travail numérique sur ces cinq domaines diversifiés, nous a amenés à un travail de conception numérique considérable », sourient les concepteurs du jeu, Alexandre Wyns et Laurent Grumiaux.

En tapotant sur le clavier, le joueur joint le virtuel au réel : il arpente les couloirs du musée à la recherche d’indices, il résout le puzzle qui l’aide à retrouver dans le tiroir ad hoc, la fiche d’info qu’il recherche grâce à sa CDU. Par le téléphone arabe, il se rend compte du rôle humain, capital dans la bonne transmission de l’information.

Du Mundaneum à la planète enfin : un écran couplé à un capteur des mouvements de vos bras vous permet de faire tourner la terre, de zoomer sur la planète… et de voir les liens virtuels que les utilisateurs auront tracés entre leurs villes d’origine respectives.

Intéressant : le joueur se rend compte de manière ludique, du rôle de précurseurs qu’ont eu en son temps, les Belges Otlet et Lafontaine dans le classement des informations, universel et toujours actuel.

Un serious game

Mundaneum Web 1895 est rendu possible grâce au partenariat entre le Mundaneum, Fishing Cactus, Amoobi, l’institut Numédiart de l’Umons, le département OPERA de l’ULB, dans le cadre d’un subside GreenTIC de la Région wallonne, de 700.000 euros. Le Mundaneum dispose de 24 tablettes, accessibles gratuitement jusqu’à la fin de 2015, moyennant paiement du droit d’entrée par groupe scolaire ou individuel. A terme, le musée ambitionne d’en posséder 50. Leur interactivité est possible grâce à 24 bornes disséminées dans le musée. Le RBU est, du point de vue de son concept, le premier moteur de recherche d’information de l’histoire. La CDU n’est que le premier pas vers la virtualisation de l’information (langage numérique : code binaire, bits, octets…) et l’hypertextualité. Ce serious game est transposable à d’autres musées qui seraient demandeurs d’un jouet similaire adapté. De même, la formule du Mundaneum n’est pas immuable.

Info : www.Mundaneum.org  ;

www.fishingcactus.com