Charles Michel sur l’alerte 4 à Bruxelles: «On ne devait pas fermer les magasins»

Un mois après les attentats de Paris, le Premier ministre nous explique comment il a vécu ces semaines intenses et délicates. D’autant que c’est sur ses épaules que repose la responsabilité ultime, en cas d’attaque terroriste.

Temps de lecture: 8 min

Le sentiment du devoir accompli ; la volonté de faire savoir qu’il ne jugeait pas, lui, nécessaire de fermer les magasins ou les piscines durant le niveau 4 de menace à Bruxelles ; le besoin d’expliquer sa politique et sa recherche d’équilibre entre sécurité et libertés : un mois après les attentats de Paris, le Premier ministre Charles Michel s’explique sur ces semaines inédites et leurs conséquences.

Comment avez-vous vécu ce mois depuis les attentats ?

On a été confrontés à une situation totalement nouvelle, de crise sécuritaire et de menace terroriste potentiellement imminente. Cette fameuse nuit du vendredi à samedi durant laquelle nous sommes passés au niveau 4 fut un moment terriblement intense, avec la nécessité de garder son sang-froid, de décider vite, et de veiller à ce que les décisions soient exécutées immédiatement. Dans un tel moment, on a conscience de la responsabilité qui pèse sur les épaules. Et j’ai le sentiment que nous avons fait ce que nous devions faire.

C’est la décision la plus difficile que vous ayez eue à prendre durant votre carrière ?

Oui, sans la moindre hésitation.

Il n’est pas évident de savoir si on en fait trop ou pas assez ?

Je préfère qu’on me reproche d’en avoir fait un peu trop que d’avoir un drame. Mais quand on est confronté à cela, on pense uniquement à prendre la meilleure décision possible et à la rendre opérationnelle. J’ai été très attentif, avec le gouvernement, à prendre le juste niveau de décision. Moi, je n’ai pas demandé que l’on ferme les magasins, les salles de gymnastique, les piscines communales…

Et les centres commerciaux ?

Pas du tout ! Nous n’avons pas demandé cela. Et je pense qu’on ne devait pas demander de fermer les magasins et les centres commerciaux. Cette décision a été prise parce qu’après la réunion du Conseil national de sécurité (CNS) le samedi matin, une réunion bruxelloise a eu lieu au cours de laquelle des bourgmestres ont décidé l’un de fermer sa piscine, l’autre son gymnase, et cela a entraîné de fait des décisions de fermeture de magasins. Je ne reproche rien en disant cela, chacun a voulu bien faire à son niveau de responsabilité. Mais pour moi, c’est un cran trop élevé. Et c’est une leçon pour l’avenir : on doit réfléchir à un dispositif qui permette, dans une telle situation de crise, une unité de commandement. Pour avoir une unité d’instructions et éviter un manque de nuances.

Après la réunion bruxelloise, il n’y a pas eu un contact avec vous pour la coordination ?

J’ai appris les décisions par la presse, ça ne va pas. C’est d’ailleurs pour cela que, dans les 18 mesures annoncées, je préconise de mettre en place des « moments de sécurité renforcée » dans des circonstances exceptionnelles et que, dans ces moments-là, on ait une unité de commandement. Le CNS étant alors le réceptacle – j’avais d’ailleurs veillé à y associer les entités fédérées. Quel sens cela avait-il, après cela, de remettre une couche supplémentaire de mesures ? Il n’y a pas le moindre reproche de ma part. Mais avec le recul, on doit se demander comment on pourrait faire encore mieux. Et ceux qui critiquent notre communication, sous-entendent que le fédéral en a trop fait, ont été distraits sur le processus de décision…

Ce week-end-là, avez-vous craint le pire ou de perdre le contrôle ?

On avait conscience d’un danger sérieux et imminent. Je recevais différentes indications concordantes ayant amené l’Ocam à passer au niveau 4. C’est pour ça que je vous dis que cela a été le moment le plus difficile, pas seulement dans mon parcours professionnel, mais dans ma vie d’homme : on avait conscience du risque que plusieurs attaques se déclenchent en même temps, probablement au cœur de Bruxelles, comme à Paris. Donc, nous avons déployé des policiers et des militaires sur le terrain ; mais on a aussi mis en alerte les forces spéciales de la police et de l’armée, car si une attaque se déclenchait, on devait neutraliser ceux qui les avaient déclenchées. Dès le vendredi, on a donc organisé le commandement. Dans ce cadre-là, j’ai été confronté à une vieille circulaire du collège des procureurs généraux sur les prises d’otages, que l’on a actualisée, pour être prêts à organiser le commandement des opérations, savoir qui doit prendre les décisions à quel moment.

Vous avez un rôle prépondérant ?

Oui. C’est une circulaire confidentielle, je ne peux pas vous donner de détails. Mais j’ai su alors que j’avais sur les épaules une très grande responsabilité si un événement se déclenchait. Car dans cette chaîne de commandement, je suis celui qui doit prendre les décisions ultimes.

Humainement, ce n’est pas évident ?

Je pense que le trait de caractère qui me caractérise, la capacité de rester calme, de pouvoir réfléchir froidement même quand il y a de l’émotion et de l’angoisse autour, était bien utile dans un tel moment. Car il fallait garder la maîtrise, ne pas se tromper entre l’utile et l’accessoire, et s’assurer que des messages soient donnés à la population. Car j’estimais qu’il fallait lui dire la vérité. Avec l’information que nous avions, ma responsabilité était de ne pas mentir à la population. La question s’est posée ; certains me disaient : est-ce qu’il faut dire à la population qu’on est en niveau 4 et pour quelles raisons ? C’est moi qui ai décidé, en âme et conscience, qu’il fallait dire les choses.

Cette menace a aussi changé votre rôle de Premier ministre ?

Dès ma prise de fonction, j’ai dit que nous avions trois priorités absolues : le développement économique et l’emploi ; les réformes pour la protection sociale ; et la sécurité. Avant même l’attentat de Charlie Hebdo, on avait prévu des mesures assez fortes sur le plan de la lutte contre le radicalisme et de la sécurité. Gouverner, c’est prévoir, et c’est aussi s’adapter. Donc, ces dernières semaines, la part prépondérante de mon emploi du temps a été consacrée à la question sécuritaire. Pour la gestion à court terme, et la stratégie à moyen et long terme.

La sécurité va désormais éclipser la politique pour l’emploi ?

Non, pour moi les trois priorités sont d’égale importance, et liées. Et j’en ajouterais même une quatrième : l’ancrage international. Si nous étions confrontés à une situation d’instabilité sécuritaire à répétition, on aurait, durablement, un problème économique. Et cela concerne toute l’Europe.

Mais vous assurez que les moyens dégagés pour la sécurité ne vont pas hypothéquer les efforts pour l’économie ?

Oui ! On agira sur les trois priorités avec une égale importance. Et on adaptera l’épure budgétaire, comme tous les gouvernements doivent le faire.

Revenons à la lutte contre le radicalisme : on a perdu du temps ?

Comme Premier ministre, je n’ai pas à faire le procès du passé, mais à amener des solutions pour l’avenir, sur la base d’un diagnostic. Et le diagnostic, c’est qu’il y a en Europe des espaces où le fanatisme a pu prospérer et se répandre. Ce n’est pas propre à la Belgique : c’est le cas en France dans les banlieues, dans certaines régions d’Italie, en Grande-Bretagne. Ce qui m’intéresse, c’est de voir comment je peux utiliser au mieux mon énergie et mon pouvoir pour améliorer la situation. Donc prendre des mesures pour combattre le fanatisme, qui nourrit le terrorisme. On doit protéger nos principes fondamentaux, les principes des lumières : la séparation des religions et de l’État ; l’égalité hommes-femmes ; la liberté d’expression, d’association, de culte… tout en se dotant des moyens juridiques, financiers, humains pour combattre le fanatisme. C’est ce que nous avons commencé à faire : les 12 mesures de début d’année ont été largement implémentées ; et nous avons relancé 18 mesures supplémentaires, dont 6 ont été soumises au Conseil des ministres vendredi. Je souhaite travailler vite et bien. Mais ce n’est pas simple, car il y a des contraintes juridiques et que je veux rendre cela compatible avec nos valeurs fondamentales. Je ne veux pas de Guantanamo en Belgique, moi. Je suis très fier de vivre dans un pays où il n’y a pas d’écoute téléphonique sans contrôle préalable d’un magistrat.

C’est d’autant plus complexe que les personnes qui basculent dans le fanatisme et passent à l’acte ont des parcours très différents. Il y a aussi des jeunes qui sont nés chez nous, qui ont fréquenté nos systèmes scolaires… Avec, chez certains, une accélération soudaine de radicalisation. En janvier, on a donc décidé de créer, au départ de l’Ocam, des banques de données plus dynamiques pour ficher des individus, avec des évaluations plus régulières.

Pour tout cela, il faut des moyens : il faut les augmenter ?

Oui. On a libéré 400 millions.

Comme les répartissez-vous ?

Une première série de décisions va être prise très vite et concernera les services de renseignements militaires et civils, le parquet fédéral, l’Ocam. Pour le reste, je ne souhaite pas les dépenser de manière précipitée, sans avoir fait le travail en commission parlementaire sur le terrorisme. Un exemple : je pense, moi, qu’il faut une banque de données pour la reconnaissance vocale ; si, après un débat majorité-opposition, la commission dit qu’il faut le faire, il faudra libérer des moyens.

L’union nationale s’effrite déjà…

Moi, je lance un appel à l’unité nationale sur les valeurs fondamentales, la défense de la démocratie et des libertés. Cela ne veut pas dire que le PS doit être d’accord avec les bracelets électroniques. Cela ne peut pas devenir un consensus mou.

Il sera possible d’avoir un débat serein sur vos 18 mesures ?

Je pense qu’il n’est pas malsain qu’il y ait un débat vif, du moment qu’il porte sur l’argumentation et la rationalité.

► ► Retrouvez notre interview en intégralité ainsi que notre analyse sur Le Soir+

Laurette Onkelinx réagit

De son côté, l’opposition n’a pas tardé à réagir aux propos de Charles Michel. Ce samedi sur le réseau social Twitter, Laurette Onkelinx (PS) a déclaré que « le gouvernement fédéral doit réparer le dommage causé à Bruxelles par le lockdown ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
A lire sur Le Soir+ La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une