S'identifier S'abonner

Kris Peeters cite Angela Merkel sur les réfugiés: «Nous pouvons le faire»

Au cours d’un débat à la FEB, le vice-Premier ministre a repris le slogan de la chancelière allemande à propos de la crise des réfugiés : « Wir shaffen das ».

Par Dirk Vanoverbeke

Temps de lecture: 2 min

Kris Peeters ne s’est pas limité à parler de la révision de la loi sur la compétitivité et de la réduction de notre handicap salarial mardi lors d’un déjeuner-débat devant quelques grands patrons. Il a aussi abordé la crise des réfugiés et les moyens mis en œuvre par l’Europe pour mieux contrôler ses frontières.

« Vous avez déjà visité un centre d’accueil ? »

Il a évoqué le coût astronomique de l’opération : la crise financière a coûté des milliards. Mais ce n’est rien par rapport à la crise des réfugiés. Mais il s’est surtout penché sur le sort des réfugiés eux-mêmes. « Vous avez déjà visité un centre d’accueil ? Je l’ai fait, récemment, au centre d’accueil de Selsele, près de Bruges. On y découvre des pièces nues séparées des autres par une simple couverture. Logent là, dans ces espaces réduits, deux ou trois familles, parmi lesquelles on retrouve des ingénieurs, des professeurs d’universités, des intellectuels  ».

Et de poursuivre : « L’Allemagne a accueilli un million de réfugiés, la Suède, un pays moins peuplé que le nôtre, 200.000. Et la Belgique 40.000. Après quatre mois, ces gens sont en droit de retrouver un travail. L’inactivité leur est insupportable. Je propose qu’au moins, comme en Autriche, on les autorise à travailler comme bénévoles. Il est facile de dire qu’on peut les accueillir. Maintenant, il faut leur donner la chance de refaire leur vie. « Wir Shaffen das ». »

Un plan du CD&V pour répondre aux défis de l’Asile et de la Migration

Le CD&V, le parti de Kris Peeters, a élaboré un plan en 16 points pour répondre aux défis de l’Asile et de la Migration. Un plan salué mardi sur les bancs de l’opposition par Wouter De Vriendt (Groen) qui, sur Twitter le qualifiait de « vent contraire au populisme ». Et à contre-courant d’une lame de fond : selon un sondage réalisé dans le baromètre RTBF-La Libre, 72 % de Belges veulent réduire, voire stopper totalement l’accueil de réfugiés. Ce plan des démocrates-chrétiens flamands s’adosse à un reportage réalisé par le directeur de la communication du vice-Premier et ex-journaliste et réalisateur à la VRT, Léo De Bock.

Un reportage en néerlandais intitulé: «Nous ne fuyons pas» à voir ci-dessous :

Voir la vidéo sur mobile

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP