Trois robots sont entrés dans l’hôpital

Le « Réveil de la Force », c’est le leitmotiv pour 2016 de l’hôpital de la Citadelle, qui n’a pas choisi pour rien le jour de la sortie du nouvel épisode de Star Wars pour présenter ses robots Zora. Baptisés « Vega », « Sirius » et « Pollux », les trois humanoïdes liégeois accompagnent enfants et seniors depuis quelques jours.

Du haut de leurs 58 centimètres, ils font briller les yeux des petits comme des grands : Vega, Sirius et Pollux sont les trois derniers « engagés » du CHR Citadelle, respectivement dans les services de revalidation, de gériatrie et de pédiatrie. Les trois frangins Zora – des robots humanoïdes – sont 100 % belges, acquis auprès de la firme QBMT, créée par des fans de Star Wars. Ça tombe bien car le titre du dernier opus de la saga, Le Réveil de la Force, sorti en salles ce mercredi, est aussi le slogan de l’hôpital liégeois pour la nouvelle année à venir.

«  La force du CHR dans la prise en charge médicale, affirme Benoît Degotte, le directeur Informatique de l’hôpital. Et 2016 réveillera cette force ! Nous avons créé une cellule “Innovations” pour ce genre de nouveautés technologiques, et j’avoue que j’ai craqué quand j’ai découvert ces robots qui sont assez crédibles pour être acceptés par les patients, tout en ayant une taille qui ne leur fait pas peur. Ils sont donc faciles à intégrer dans la pratique. »

Un robot plus grand en 2016

Pourquoi avoir acheté trois Zora d’un coup ? A 15.000 euros la pièce, c’est un sacré budget par les temps qui courent… «  Pour pouvoir faire un maximum d‘expériences !, assure M. Degotte, et parce qu’on est sûr que ça se généralisera dans le futur. »

Le CHR de Liège est le premier établissement wallon à s’offrir ces robots. Et il prépare une première mondiale – carrément ! – pour le début 2016 : «  Un quatrième robot nous rejoindra, plus grand (1,40m, NDLR), sur roulettes, pour accompagner les patients dans le futur nouveau hall d’entrée de l’hôpital. »

Cet autre humanoïde, de type « Pepper », aura deux missions : communiquer et accueillir les visiteurs, et fluidifier le trafic. Ce robot, d’un coût de 30.000 euros, ravira assurément les patients, qui seront ainsi directement projetés dans la médecine du XXIe siècle.

Vega, Sirius et Pollux font, eux, déjà le bonheur des premiers patients qui, depuis quelques jours, ont pu faire leur connaissance. Deux publics sont ciblés dans un premier temps : les enfants et les seniors, «  avec lesquels les relations sont plus aisées avec ce type de robot », précise encore le directeur.

Au-delà de l’aspect ludique, il s’agit réellement d’améliorer la prise en charge médicale, et notamment l’adhésion du patient à son traitement (la « compliance »). Et ça marche : petits et moins jeunes trouvent ces robots très sympas… et leur accordent même davantage d’attention qu’aux soignants humains ! La Force est visiblement avec eux…

Sur le même sujet
Patient