Des logements sociaux porte de Ninove

Juste avant la trêve des confiseurs, le gouvernement bruxellois a enfin trouvé un accord sur le réaménagement de la porte de Ninove. Après de nombreuses réunions réunissant le ministre-président Rudi Vervoort (PS), les ministres des Travaux publics et du Logement, Pascal Smet (SP.A) et Céline Fremault (CDH), ainsi que la Ville de Bruxelles et Molenbeek, un accord a été trouvé quant à l’emplacement des logements publics qui seront construits sur le périmètre.

En octobre, il n’était plus question de créer des logements publics dans le périmètre initial de réaménagement de la porte du Ninove. Pour rappel, le nord de l’îlot appartient au groupe privé Besix. Celui-ci doit y construire 234 appartements privés haut de gamme. Trois demandes de permis d’urbanisme ont déjà été rentrées en 2004, 2007 et 2009. Finalement, le bureau d’architecte de Xaveer De Geyter propose l’érection de trois tours de 90m, 60m et 44m de haut. Un permis de lotir doit suivre encore l’adoption du Rruz (règlement régional d’urbanisme zoné) et d’une étude d’incidences.

Le tracé du tram est fixé le long de la chaussée de Ninove ce qui va permettre à Beliris, l’accord de coopération entre l’Etat fédéral et la Région bruxelloise, de créer un parc. Cette adaptation se trouve aujourd’hui dans le permis délivré pour la rénovation des espaces publics qui devrait démarrer dans la première moitié de 2016. Des opérations de démolition et de dépollution seront réalisées. En tout, le chantier devrait durer deux ans.

L’autre adaptation approuvée lors de la réunion gouvernementale de ce jeudi concerne la construction des 107 logements publics. La SLRB (société régionale pour le logement) va construire ces logements sociaux mais pas sur le triangle sud. Ils seront situés sur une nouvelle parcelle, derrière l’institut des Arts et Métiers, à savoir sur le territoire de la Ville de Bruxelles. « Cette adaptation permettra d’une part la maximalisation de la taille du futur parc et d’autre part renforcera encore la qualité de vie des locataires sociaux qui bénéficieront d’une situation plus au calme en retrait de la circulation, explique Céline Fremault. Les habitants auront ainsi le bénéfice d’un quartier verdurisé. L’ensemble sera plus harmonieux par l’intégration et la connexion des bâtiments dans leur environnement urbain. »

Reste à savoir qui gérera ces habitations par la suite. En théorie, comme les logements sociaux sont construits dans le cadre du plan logement, c’est une société de logements sociaux (Sisp) qui devrait en recevoir la gestion. Mais, la Régie foncière de la Ville de Bruxelles pourrait aussi en hériter. Le collège de la Ville devra trancher. Cette décision est importante puisqu’après une période de 30 ans et un remboursement de 50 % de la valeur du patrimoine à la SLRB, la propriété sera transférée au gestionnaire.

Le ministre-président Rudi Vervoort devra encadrer les développements immobiliers par un masterplan qui démarrera dès le début de l’année prochaine. Enfin, une réunion publique sera organisée en février pour informer les riverains des transformations du quartier.

Sur le même sujet
Urbanisme