Voici les images des nouveaux trains à double étage de la SNCB

La SNCB passe une commande de 445 voitures à double étage. Montant de la transaction : 1,3 milliard d’euros.

Temps de lecture: 2 min

La SNCB a passé une première commande ferme de 445 voitures à double étage M7 auprès du consortium Alstom/Bombardier, pour un montant de 1,3 milliard d’euros. Celles-ci seront livrées entre septembre 2018 et décembre 2021, ont annoncé vendredi lors d’une conférence de presse le CEO de la SNCB, Jo Cornu, la ministre de la Mobilité, Jacqueline Galant, et les représentants des deux entreprises.

Les 445 voitures commandées - ce qui représente 90 trains à double étage - se veulent plus confortables, peuvent rouler à 200 km/h et seront équipées des systèmes de sécurité TBL1+ et ETCS.

Les images :

La SNCB a besoin de 190.000 places supplémentaires d’ici 2030, dont 105.000 d’ici 2023, en conséquence de la mise hors service de son matériel vieillissant et incompatible avec l’ETCS, et du besoin de places assises supplémentaires, a rappelé le CEO. Le choix des trains double étage, qui peuvent rouler à 200 km/h, est lui justifié par la capacité limitée de la jonction très chargée entre Nord et Midi.

Selon le contrat cadre global signé avec le consortium, Alstom/Bombardier fournira jusqu’à 1.362 voitures à la SNCB, pour un montant total de 3,3 milliards d’euros. Les futures commandes dépendront de l’évolution du trafic voyageurs, a précisé M. Cornu. Des clauses rigoureuses ont par ailleurs été intégrées au contrat pour la fiabilité, les délais de livraison et les frais d’entretien du matériel, assure le CEO.

Emplois

Cette première commande a d’importantes conséquences en termes d’emploi. Pour le site brugeois de l’entreprise canadienne Bombardier, qui produira 65 voitures de tête multifonctionnelles et 290 voitures remorques, ce marché garantira l’emploi «pour une longue durée des 200 ouvriers et de 100 à 120 employés», selon le manager Kris Vekeman. Le syndicat socialiste se réjouit de son côté que la commande assure la sécurité d’emploi de «200 des 350 travailleurs du site à partir de 2018».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une