Le pastafarisme, religion parodique, autorisé à célébrer des mariages

Wellington autorise à se marier une passoire sur la tête. On vous explique tout…

Temps de lecture: 2 min

La Nouvelle-Zélande a reconnu officiellement cette Église, également nommée « pastafarisme », dont les adeptes portent des passoires sur la tête, adulent les pirates et affirment que l’univers a été créé par un personnage ressemblant à un plat de spaghettis avec des boulettes de viande. Dans une décision datant du 10 décembre, les autorités de Wellington lui ont même octroyé le droit légal de… célébrer des mariages.

Un drôle de code vestimentaire

La responsable de l’organisation ou « R’Amen en chef » a déclaré dimanche aux médias locaux qu’elle avait demandé à être reconnue comme officiante et espérait pouvoir célébrer des mariages « pastafaris » le mois prochain. Des pâtes, « le principal repas saint », figureront en bonne place aux banquets de mariage, a-t-elle ajouté. S’agissant des codes vestimentaires, « la passoire est le couvre-chef traditionnel », « mais si on veut s’habiller en pirate, c’est également permis car bien entendu, les premières personnes créées par le monstre de spaghettis volant furent les pirates ». L’Église estime également qu’il existe au paradis un volcan à bière, tandis que celle qu’on trouve en enfer est éventée.

Créée pour dénoncer

Le mouvement est né voici une dizaine d’années aux États-Unis pour, selon les apparences, dénoncer les dogmes religieux et le créationnisme. Il a largement essaimé et est aujourd’hui présent dans de nombreux pays.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une