Sports d’hiver: chic à tous les étages sur les sommets

Palaces, restaurants étoilés, commerces de luxe, boutiques de mode, conciergeries, altiports… Ces dernières années, les stations de sports d’hiver se livrent à une véritable surenchère qualitative pour attirer une clientèle haut de gamme. Et à Noël, les prix s’enflamment. Tout comme les prestations.

Temps de lecture: 3 min

Les sports d’hiver ont beau s’être fort démocratisés, ils restent des loisirs onéreux. Selon une enquête réalisée en France par le cabinet Protourisme, le coût moyen d’une semaine de ski atteignait tout de même 900 euros par personne en 2013, soit entre 3.500 et 4.000 euros pour un ménage avec deux enfants. Et plus encore pendant les vacances de Noël et Carnaval. Pas à la portée de M. Tout-le-monde, surtout en période de crise. Même s’il reste possible de trouver des stations familiales offrant des prix plus démocratiques.

Mais depuis une quinzaine années, la tendance est à l’opposé : en France comme en Suisse ou en Italie, beaucoup de stations se livrent à une véritable surenchère qualitative pour tenter d’attirer une clientèle haut de gamme, surtout issue de l’étranger (Russie et ex-URSS, pays du Golfe et même de Chine). Entendez : aisée, donc dépensière.

C’est qu’il faut améliorer sans cesse les taux de remplissage et rentabiliser – ou couvrir, à tout le moins… – les investissements de plus en plus lourds qu’elles consentent dans la modernisation de leurs remontées mécaniques et la production de neige de culture, réchauffement climatique oblige. « La réalité économique a contraint les stations à monter en gamme. Cette logique ne s’est jamais démentie », souligne Philippe Bourdeau, chercheur à l’université de Grenoble, dans le magazine Capital.

Sans parler des infrastructures censées répondre à la demande croissante d’activités hors ski, comme ces centres aqualudiques géants dont se parent les uns après les autres les villages de montagne. On en recense 25 en Savoie et Haute-Savoie, avec piscines intérieures et extérieures, spas et centres de bien-être, saunas, hammams… Dernier-né cet hiver à Courchevel, l’Aquamotion, unique par sa taille, ses équipements et son standing. De quoi renforcer encore l’attractivité de la station la plus chère d’Europe, selon une étude TripAdvisor : la journée de ski y coûte 520 euros, hébergement compris. Encore n’est-ce qu’une moyenne. Mais son succès ne se dément pas.

Palaces et chalets 5 étoiles, restaurants étoilés, spas et commerces de luxe, boutiques de marques, prestations exclusives, conciergeries, altiport… Voilà ce que recherche la clientèle fortunée lorsqu’elle part aux sports d’hiver. Entre les stations huppées qui concentrent plus de la moitié des visiteurs étrangers (Courchevel, Megève, Val d’Isère en France, Gstaad, Verbier ou Zermatt en Suisse, Cortina en Italie…) et celles qui rivalisent de créativité pour l’attirer dans ses filets, elle n’a que l’embarras du choix. Cet hiver, les fourrures seront encore de sortie dans bien des stations. Réchauffement ou pas.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une