Un chef rebelle tué en Syrie, un nouveau tournant dans le conflit?

Zahran Alloush avait conquis une zone contiguë à Damas, à quelques kilomètres du palais présidentiel. Sa mort représente un succès pour le régime et… une satisfaction pour Daesh, qu’il avait expulsé de la région.

Journaliste au service Monde Temps de lecture: 2 min

A-t-on assisté ce vendredi 25 décembre à un tournant dans la guerre qui déchire la Syrie depuis quatre ans ? En tout cas, la mort d’un des principaux chefs rebelles, Zahran Alloush, dans la région de la Ghouta orientale, à côté de Damas, représente sans conteste un événement majeur. Les partisans du régime de Bachar el-Assad et ceux de Daesh ne s’y sont pas trompés qui se réjouissaient déjà sur les réseaux sociaux de cette mort.

Tué dans un bombardement russe ?

Zahran Alloush a été tué, et avec lui, plusieurs autres chefs de son groupe armé, Jaish al-Islam (l’armée de l’islam), lors du bombardement de l’immeuble où ils étaient réunis. Certaines sources affirment que les bombes fatales ont été larguées par l’aviation militaire russe, mais cette information n’était pas confirmée.

Sous la houlette de Zahran Alloush, Jaish al-Islam s’était emparée dès 2012 d’une vaste zone à proximité immédiate de Damas dont elle est contiguë, la région agricole appelée « la Ghouta orientale », dont la ville principale est Douma. Depuis lors, le régime assiège la zone, la bombarde et l’affame. La plupart des agglomérations de l’enclave sont en ruine.

Chargement
Le fil info
Tous

En direct

Le direct

    La UneLe fil info

    Allez au-delà de l'actualité

    Découvrez tous les changements

    Découvrir

    À la Une