Les cinq phrases qu’il ne faudra plus se dire en 2016

1. Il est trop tard pour commencer (ou remédier à une situation)

Quel que soit votre âge, cette phrase est à proscrire. L’histoire ne tarit pas d’exemples de prouesses réalisées sur le tard. Et seul les organismes qui expérimentent et apprennent de nouvelles choses

perdurent de manière saine

.

2. Je n’y suis pour rien, c’est de leur faute

Quand cette petite phrase lancinante et parfaitement humaine vient s’ancrer dans votre esprit, dites-vous bien que, si la situation provoquée par les « autres » vous affecte, c’est que vous êtes immanquablement impliqué. Si vous n’y aviez rien à avoir, vous ne seriez même pas touché, non ? En prenant en compte votre part de responsabilité pour y remédier, vous verrez le tracas s’envoler.

3. Je veux être confortable. Je n’aime pas l’inconfort.

La magie commence en dehors de votre zone de confort, c’est en tout cas en dépassant cette frontière que vous commencerez à vous réaliser et être fier de vous. Car vous êtes bien la première personne à convaincre que vous êtes quelqu’un de bien.

4. J’ai besoin de l’approbation de mes proches

Mis à part dans des circonstances professionnelles, il existe peu de situations dans la vie adulte où l’approbation de vos proches est nécessaire. Nombreux sont ceux qui sacrifient leurs objectifs et leurs rêves par crainte de troubler leurs relations familiales. C’est une grosse erreur.

5. J’ai déjà trop perdu pour continuer

Plus que ce que l’on a ou pas, la richesse est plutôt un état d’esprit ; celui de se dire que si l’on n’a plus rien, c’est une opportunité pour repartir à zéro. L’esprit humain redouble de créativité et d’ingéniosité lorsqu’il n’a pas les moyens d’obtenir directement ce qu’il désire.

L’année 2016 s’ouvre à de nouvelles perspectives. Celle où l’échec n’est pas une fin en soi mais le début d’un apprentissage. Celle où l’expérience prime sur la possession matérielle. Continuons dans cette positive voie. Il n’est jamais trop tard.

Source : lifehack.org

Sur le même sujet
Noel Nouvel AnPolitique