Menace terroriste à Bruxelles: les deux suspects viendraient d’Anderlecht

Un projet d’attentat qui visait « des lieux emblématiques » de Bruxelles durant la période des fêtes de fin d’année a été déjoué ces derniers jours, grâce à une enquête menée par le parquet fédéral.

Deux Anderlechtois en cause

Les deux personnes placées sous mandat d’arrêt par le parquet fédéral pour menaces d’attentat et participation aux activités d’un groupe terroriste font partie d’un club de motards musulmans baptisé les Kamikaze Riders, indiquent mercredi nos confrères de la DH.

Le premier, Saïd S., considéré comme le dirigeant et le recruteur, était le chef du groupe de motards. Il est également connu comme étant un prêcheur radical. Le deuxième homme placé sous mandat d’arrêt, Mohamed K., était aussi membre des Kamikaze Riders.

► Ce que l’on sait, ce que l’on ne sait pas

Les deux individus prévoyaient de commettre un attentat dans le centre de Bruxelles, d’après plusieurs sources. Au cours des perquisitions, du matériel informatique et de la propagande de l’Etat islamique ont été saisis. Les enquêteurs ont également mis la main sur des tenues d’entraînement de style militaire.

Six personnes ont été emmenées pour audition, parmi lesquelles deux ont été placées sous mandat d’arrêt: «La première du chef de menaces d’attentats, de participation aux activités d’un groupe terroriste en qualité de dirigeant et de recrutement en vue de commettre des infractions terroristes, comme auteur ou coauteur et la seconde, du chef de menaces d’attentats et de participation aux activités d’un groupe terroriste, comme auteur ou coauteur», précise le parquet fédéral.

Mohamed K. et Saïd S. comparaîtront jeudi en chambre du conseil.

Les quatre autres personnes entendues ont été remises en liberté, après audition par le juge d’instruction.