Attentats de Paris: nouvelle inculpation à Bruxelles, pour «assassinats terroristes»

Le parquet fédéral a indiqué que la personne arrêtée mercredi, a été placée sous mandat d’arrêt. Il s’agit de la dixième inculpation de l’enquête.

Temps de lecture: 4 min

Une dixième personne, un jeune homme de 22 ans, a été placée en détention préventive à Bruxelles pour « assassinats terroristes et participation aux activités d’un groupe terroriste » dans le cadre de l’enquête sur les attentats de Paris, a annoncé jeudi le parquet fédéral belge.

► Menace terroriste : ce qu’il faut savoir des dernières perquisitions à Molenbeek

Ayoub B., un Belge né en 1993, a été interpellé mercredi au moment d’une perquisition dans la commune bruxelloise de Molenbeek-Saint-Jean. « Le juge d’instruction a délivré ce matin (jeudi) un mandat d’arrêt à son encontre du chef d’assassinats terroristes et participation aux activités d’un groupe terroriste », selon un communiqué.

Une famille radicalisée

Il devrait s’agir, selon toute probabilité – mais l’information n’est pas confirmée par le parquet fédéral qui, de toute façon, ne confirme jamais les noms – d’Ayoub Bazarouj, membre d’une famille très nombreuse dont tous les membres, semble-t-il, sont radicalisés.

Les perquisitions qui ont conduit, mercredi, à l’interpellation d’Ayoub B. ont eu lieu au nº 47 de la rue Delaunoy, à Molenbeek, l’adresse de la famille Bazarouj, là où une source avait signalé la présence possible de Salah Abdeslam, le 15 novembre dernier. Salah Abdeslam est un proche de la famille Bazarouj dont plusieurs membres sont partis faire le djihad en syrie. Deux de ses frères s’y trouvaient déjà lorsque leur soeur Fatima s’est envolée vers la Turquie pour les y rejoindre : elle était accompagnée de deux de ses enfants ainsi que de deux autres de ses frères, Brahim (16 ans) et Bilal (23 ans).

Ce n’est pas la première fois que l’enquête s’intéresse de très près aux Bazarouj : quelques jours après les attentats de Paris, Youssef, l’un des frères, fut cité comme pouvant être le 4e membre du commando des terrasses dont l’existence semblait accréditée par une vidéo de surveillance. S’agissant d’Ayoub, il faut noter la gravité du chef d’inculpation : il est question d’assassinats terroristes, ce qui implique une implication directe – auteur ou coauteur – dans les attentats.

Une dizaine de téléphones portables, « en cours d’examen », ont été saisis au cours de la perquisition, qui a eu lieu selon les médias belges dans la même maison déjà fouillée trois jours après les attentats du 13 novembre. A l’époque, l’opération avait donné lieu à un spectaculaire déploiement des forces de l’ordre au coeur de Molenbeek, d’où est originaire Salah Abdeslam et qui a servi de port d’attache à plusieurs membres de cellules djihadistes.

Comparution devant le juge dans cinq jours

Selon des informations de la chaîne publique RTBF, des « traces » du passage de Salah Abdeslam, un des principaux suspects en fuite, avaient été détectées lors de cette première perquisition. La RTBF en tirait comme conclusion qu’il avait été extrait par des complices avant l’intervention des forces de l’ordre.

Le quotidien Het Laatste Nieuws a rapporté jeudi que la maison était celle d’une famille proche de Salah Abdeslam, dont cinq membres sont partis en Syrie.

Ni armes ni explosifs n’ont été découverts lors de la perquisition de mercredi, a précisé le parquet.

Selon la procédure judiciaire belge, ce nouveau suspect devra comparaître dans les cinq jours devant un juge qui décidera de son maintien ou non en détention préventive.

Une connaissance de Bilal Hadfi remise en liberté

Par ailleurs, on apprend qu’un des deux hommes issus du cercle de connaissance du kamikaze Bilal Hadfi qui avait été placé sous mandat d’arrêt à la fin du mois de novembre dernier, a été entretemps remis en liberté par le juge d’instruction. Il s’agit de Pierre N., 28 ans, qui avait été inculpé de participation aux activités d’un groupe terroriste. Samir Z., le deuxième homme qui avait été placé sous mandat d’arrêt en même temps que lui, demeure incarcéré, a indiqué jeudi le parquet fédéral.

Les deux hommes auraient entretenu des contacts étroits avec Bilal Hadfi, l’un des terroristes qui s’est fait exploser le 13 novembre dernier au Stade de France, à Paris. Samir Z., un ressortissant français âgé de 20 ans et originaire de Molenbeek-Saint-Jean, avait tenté de se rendre à deux reprises en Syrie cette année. Il avait été intercepté le 29 novembre dernier à l’aéroport de Zaventem alors qu’il s’apprêtait à monter à bord d’un avion à destination du Maroc. Pierre N. avait été interpellé ce même dimanche matin lors de perquisitions menées à Molenbeek-Saint-Jean.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une